Un manifestant porte un masque Anonymous le 11 janvier à Paris.
Un manifestant porte un masque Anonymous le 11 janvier à Paris. - J-L MOUNIER / 20 MINUTES

Après des débuts balbutiants en fin de semaine dernière, la contre-attaque des Anonymous visant le terrorisme islamiste a pris un tour plus concret dans le week-end, et devrait se poursuivre dans les jours à venir.

Née quelques heures après l’attentat contre Charlie Hebdo mercredi dernier, l’initiative #OpCharlieHebdo décidée par un groupe d’Anonymous francophones avait commencé par la mise en ligne d’une liste de comptes d’utilisateurs de réseaux sociaux se félicitant de l’attentat ou prônant d’autres violences. Le but: inviter la communauté à dénoncer ces comptes auprès de Twitter et Facebook pour les voir suspendus ou supprimés.

Deux vidéos postées vendredi et samedi accompagnaient le mouvement. D’une voix robotique, les Anonymous y rappelaient qu’«attaquer la liberté d’expression, c’est attaquer Anonymous», et prévenaient: «Toutes entreprises et organisations en lien avec ces attaques terroristes doivent s’attendre à une réaction massive d’Anonymous»: «Nous attaquerons tous les comptes Facebook, Twitter et sites en rapport avec le terrorisme.»

Et le fait est que, au fil des heures et des jours, les comptes visés tombaient les uns après les autres. De la grosse trentaine de comptes Twitter répertoriés vendredi, un seul échappait encore ce lundi à la suppression ou à la suspension. Quant aux sites Web, le fil Twitter @OpCharlieHebdo se félicitait ce week-end d’avoir notamment torpillé le site Ansar-alhaqq, connu pour son prosélytisme djihadiste.

Malgré les doutes soulevés quant à l’opportunité de rendre indisponibles ces comptes et sites, parfois utiles aux autorités pour la surveillance de la communauté des sympathisants ou aspirants djihadistes en ligne, d’autres attaques devraient avoir lieu ces prochains jours. Sur IRC, outil de communication de prédilection des «hacktivistes», les cibles et les moyens de les atteindre sont discutés. Tandis que, comme le souligne Le Monde, des Anonymous arabophones sont invités à participer à l’opération pour faciliter l’identification des cibles et éviter les victimes collatérales (la semaine dernière, le compte @OpCharlieHebdo se désolidarisait du piratage de la page oumanger-halal.fr). Histoire que la contre-attaque citoyenne ne se transforme pas en vengeance aveugle.

Mots-clés :