Open d'Australie : Combatif (et ému), Andy Murray remporte son premier succès à Melbourne depuis 2017

TENNIS Trois ans après avoir annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière, l’Ecossais vit une seconde jeunesse à Melbourne

A.L.G. avec AFP
— 
Andy Murray a pris son pied en battant Basilashvili dans une ambiance de feu, mardi, à Melbourne.
Andy Murray a pris son pied en battant Basilashvili dans une ambiance de feu, mardi, à Melbourne. — William WEST / AFP

Andy l’increvable. Cinq ans… Cela faisait cinq longues années que le Britannique, qu’on a longtemps cru perdu pour le tennis à cause de ses foutues blessures à répétition, n’avait plus remporté un match à l’Open d'Australie. C’est désormais chose faite après l’immense performance d'  Andy Murray, 113e mondial, qui a encore livré un combat phénoménal pour venir à bout du Géorgien Nikoloz Basilashvili (23e) 6-1, 3-6, 6-4, 6-7 (5/7), 6-4, mardi, au premier tour de l’Open d’Australie.

A 34 ans et avec une prothèse à la hanche, l’Ecossais, bénéficiaire d'une invitation, a conclu sur sa troisième balle de match pour son retour à Melbourne après son élimination au premier tour en 2019 contre Roberto Autista Agut. « Je suis juste heureux de revivre des matchs ici, avec vous, dans une telle atmosphère », a-t-il lâché au public après sa qualification. La semaine dernière, l’ex-numéro 1 mondial avait atteint à Sydney la finale d’un tournoi ATP pour la première fois depuis son 46e et dernier titre, décroché à Anvers en octobre 2019, mais avait perdu contre le Russe Aslan Karatsev.



Paire retrouve le public (et donc des sensations)

Un autre revenant, Benoît Paire, s’est lui aussi qualifié pour le tour suivant malgré la forte résistance du Brésilien Thiago Monteiro (79e mondial). Soutenu par une poignée de supporters français, l’Avignonnais (56e) s’est imposé 6-4, 3-6, 7-5, 2-6, 7-5. C'est son premier succès en grand chelem depuis 478 jours et le premier tour de Roland-Garros en 2020. Après sa victoire, Paire a tranquillement mais chaleureusement salué son adversaire avant de pousser un cri extatique les bras en croix, les yeux fermés, puis d’aller saluer le public. Ce public qui lui a tant manqué dans les bulles sanitaires.