Open d’Australie : Les autorités locales refuseront les joueurs et joueuses non vaccinés contre le Covid-19

TENNIS L’État de Victoria a annoncé mercredi qu’il n’accordera pas de dispenses spéciales pour le grand chelem de Melbourne

A.L.G. avec AFP
— 
L'Etat de Victoria a tranché, il n'y aura pas de passe-droits pour les non vaccinés à l'Open d'Australie.
L'Etat de Victoria a tranché, il n'y aura pas de passe-droits pour les non vaccinés à l'Open d'Australie. — William WEST / AFP

L’État de Victoria, dont la capitale Melbourne accueillera l’Open d'Australie en janvier, a exclu mercredi d’accorder une dispense spéciale aux joueurs non vaccinés pour qu’ils puissent participer au tournoi, ce qui pourrait exclure de la compétition le tenant du titre et numéro 1 mondial Novak Djokovic.

« Nous excluons les personnes non vaccinées des pubs, des cafés, des restaurants et du MCG [le principal stade de cricket de Melbourne] et de toutes sortes d’autres événements, a rappelé le Premier ministre de l’Etat de Victoria, Daniel Andrews. Nous ne demanderons pas d’exemption. Par conséquent, la question est fondamentalement résolue ».

Ce rappel des autorités locales est un nouvel épisode du feuilleton qui agite le tennis mondial, à moins de deux mois de l’Open d’Australie, premier tournoi du grand chelem de l’année (17 au 30 janvier). Un courriel de la WTA, organisatrice du circuit professionnel féminin, qui a fuité en début de semaine, laissait entendre que les joueuses qui n’avaient pas été vaccinées contre le coronavirus pourraient participer au tournoi à condition de respecter une quarantaine de 14 jours.

Environ 60 % de joueurs et joueuses vaccinés

Le Premier ministre australien Scott Morrison a ensuite déclaré que les joueurs non vaccinés seraient autorisés à entrer dans le pays s’ils recevaient une exemption, que l’État hôte, Victoria, devait demander en leur nom. Mais l’État de Victoria a donc exclu cette possibilité.

Le gouvernement fédéral australien contrôle les frontières du pays et délivre les visas d’entrée mais, pendant la pandémie, les gouvernements des États ont décidé de leurs propres conditions d’entrée (quarantaine, vaccination obligatoire). Selon l’ATP, en charge du circuit professionnel masculin, et la WTA, contactés par l’AFP, environ 65 % des joueurs et plus de 60 % des joueuses sont vaccinés.