Roland-Garros : « A chaque fois qu’il est en difficulté, il le fait »… Carreno Busta accuse Djokovic d’abuser des appels au kiné

TENNIS Le numéro 1 mondial s'est qualifié dans la douleur face à un Carreno Busta pour le moins sceptique 

A.L.G. avec AFP

— 

Novak Djokovic a fait appel au kiné contre Carreno Busta.
Novak Djokovic a fait appel au kiné contre Carreno Busta. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Coup de bluff ou réelles douleurs ? C’est la question que (ne) se pose (pas) l’Espagnol Pablo Carreno Busta après son élimination mercredi soir en quart de finale de Roland-Garros contre Novak Djokovic. Le numéro 18 mondial accuse en effet son adversaire du soir de s’être servi de prétendus problèmes physiques pour se refaire la cerise mentalement en profitant du temps mort dû à la venue du médecin, à un moment où il semblait justement dans le dur sur le court (Carreno Busta a même remporté le premier set 6-4).

« Je savais que ça pouvait se passer parce qu’à chaque fois qu’il est en difficulté, il le fait [appel au kiné]. Et s’il l’a fait, ça voulait dire qu’il était dans le dur, qu’il n’était pas à l’aise et que j’ai réussi à jouer à un haut niveau. C’est pour ça qu’il était dans le doute. Cela fait longtemps qu’il fait ça. À chaque fois que le match se complique pour lui, il demande un temps mort médical, a pesté l’Espagnol en conférence de presse. Je ne sais pas s’il a une douleur chronique à l’épaule ou si c’est mental, mais à chaque fois qu’il est dans le dur, ça revient. Je savais que ça arriverait à l’US Open, que ça arriverait ici et que ça continuera. »

Djoko n’en dit pas trop

De son côté, Djokovic n’a pas souhaité s’étendre plus sur la nature de ses douleurs, préférant rester évasif. « J’ai eu des problèmes au cou et à l’épaule. C’est tout ce que je dirai. Je ne veux pas entrer dans les détails car je suis toujours dans le tournoi. Je vais bien. Comme je l’ai dit, au fur et à mesure que le match avançait, mon corps s’est chauffé et la douleur s’est estompée. Ça m’a permis de jouer de mieux en mieux », a-t-il dit.

Ce qui est sûr, c’est que le numéro 1 mondial est en effet entré sur le court avec un énorme patch dans le cou et s’est massé lui-même l’intérieur du coude gauche plusieurs fois avant de faire venir le kiné par deux fois lors des changements de côté pour se faire masser le biceps gauche.

Djokovic avait déclaré forfait pour le double du tournoi de Cincinnati en août (délocalisé dans la bulle de l’US Open) à cause de douleurs au cou. A l’US Open 2019, il avait abandonné en 8es en raison d’une douleur à l’épaule gauche. Un temps pressentie, l’opération n’avait finalement pas été pratiquée. Et en 2018, il s’était fait opérer du coude droit après six mois d’arrêt et une tentative de retour à l’Open d’Australie.