Wimbledon : L’arbitre de la légendaire finale Djokovic-Federer révoqué par l’ATP Tour

TENNIS L’Argentin Damian Steiner a accordé une dizaine d’interviews pour évoquer ce match, ce qui est interdit par le règlement

N.C.

— 

Novak Djokovic parle avec l'arbitre Damian Steiner lors de la finale de Wimbledon 2019.
Novak Djokovic parle avec l'arbitre Damian Steiner lors de la finale de Wimbledon 2019. — James Marsh/BPI/REX/SIPA

C’était la première finale de Grand Chelem de sa carrière… et peut-être sa dernière. Damian Steiner, l’arbitre qui a officié lors de la magnifique finale de Wimbledon remportée par Novak Djokovic face à Roger Federer le mois dernier (7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12 en 4h57, finale la plus longue de l’histoire du tournoi), a été révoqué par l’ATP Tour, son employeur, a révélé le New York Times lundi.

L’arbitre argentin, 44 ans, a accordé une dizaine d’interviews à des médias de son pays pour évoquer ce match de légende, sans autorisation. Ce qui est formellement interdit par le règlement. Mais il n’y a pas que ça. Selon l’organisation, Steiner s’est laissé aller à des commentaires sur des sujets dépassant les limites autorisées, même s’il avait eu l’accord pour parler.

Un problème d’impartialité

Par exemple, relève le NYT, Steiner a recommandé dans un podcast intitulé 3iguales quelques changements dans les règles du jeu (la restriction de l’utilisation des serviettes entre les points, abolir le let au service et autoriser le coaching pendant les matchs avec parcimonie). Il a aussi raconté à Radio Continental qu’il pensait vraiment que Federer allait l’emporter quand il a eu deux balles de match lors du 5e set de la finale.

« La majorité du contenu des interviews de Steiner est une violation directe du protocole indiquant que les arbitres officiels doivent s’abstenir d’évoquer des incidents ou des matchs spécifiques, des joueurs, d’autres arbitres ou les règles du jeu, afin de maintenir leur impartialité en toutes circonstances », a fait savoir l’ATP dans un communiqué.

Le journal américain précise que Steiner ne va pas perdre son « badge d’or », le plus haut statut pour un arbitre international, ni être rayé définitivement des listes, mais sa carrière va connaître un énorme coup de frein. Ce sera à l’ATP de décider quand il aura le droit de réapparaître en Grand Chelem.