Top 14 : L’UBB en « alerte rouge » avant son excitante fin de saison avec Picamoles en renfort

RUGBY Christophe Urios espère que cette fois-ci le club bordelais ne flanchera pas dans la dernière ligne droite

Clément Carpentier
— 
Christophe Urios, le manager de l'UBB.
Christophe Urios, le manager de l'UBB. — Daniel Vaquero/SIPA
  • Après dix jours de vacances, l’Union Bordeaux-Bègles a repris le chemin de l’entraînement pour préparer le sprint final, en Top 14 et en Champions Cup.
  • Christophe Urios, le manager de l’UBB attend ses joueurs au tournant dans les prochaines semaines alors que les Bordelais ont l’habitude de s’écrouler à ce moment de la saison.
  • Pour réussir cette fin de saison, l’UBB pourra compter sur un Louis Picamoles revanchard ainsi que sur le renfort de Thomas Jolmes.

Christophe Urios ne parle jamais pour ne rien dire. Alors quand il se présente au micro au milieu d’une semaine sans match et à plus de dix jours de la réception de La Rochelle au lieu d’envoyer un de ses adjoints comme souvent, c’est que le manager de l’Union Bordeaux-Bègles a des messages à faire passer. Après dix jours de vacances et surtout avant de se plonger dans l’excitant sprint final qui attend son équipe entre le Top 14 et la Coupe d’Europe, c’était le moment pour lui de bien remettre l’église au centre du village, comme dirait l’autre.

D’ailleurs, il n’a même pas revu la dernière victoire de son équipe contre Pau (29-23) où il « s’était fait chier ». Non, Christophe Urios est complètement focus sur les décisives prochaines semaines. L’UBB est en effet à la lutte dans la course à la qualification aux phases finales en Top 14 et jouera contre les Anglais de Bristol en 8e de finale de la Champions Cup, le 4 avril (16h). Un programme alléchant mais corsé ! Le manager bordelais le sait. Comme il sait que les Bordelais ont toujours eu l’habitude de s’écrouler à cette période de la saison :

J’attends de mes joueurs qu’ils changent ! Pourquoi ? Parce que jusqu’à maintenant et même si on ne sait pas comment la saison dernière se serait terminée, c’est toujours dans ces moments-là que Bordeaux flanchait. Moi je ne veux pas ça ! Très souvent l’UBB était bien placée mais à chaque fois ça se gâtait donc on va voir si on a changé. »

Urios met la pression sur ses leaders

Lui sait comment aller au bout. Il a été champion de France avec Castres il n’y a pas si longtemps que ça. Il connaît la recette : « J’ai besoin de voir qu’à chaque entraînement, chaque semaine, on travaille, on travaille et on travaille ! Tu sais, pour rentrer dans le top 6, ce n’est pas le talent qui fait la différence, c’est la capacité à exploiter ton potentiel et à s’investir dans le travail. Donc, j’attends ça. Comme disait JFK, quand il est dur d'avancer, ce sont les durs qui avancent. On s’arme pour ça. » Ça tombe bien, il peut compter aujourd’hui sur un groupe presque au complet pour ce sprint final (hors internationaux) avec notamment le retour de la flèche argentine, Santiago Cordero et de la poutre française de ses lignes arrières, Rémi Lamerat.

Pour Christophe Urios, « c’est aussi le moment de passer devant pour les leaders ». « Là, on doit être en alerte rouge ! Il faut faire attention à tout et je trouve qu’on est un peu moins précis sur tout ce qui est invisible. Il faut qu’on change là-dessus, faut pas se laisser porter. Il faut être exigeant. Le haut niveau, ce sont des détails et le diable se cache dans les détails », ajoute le manager girondin.

Picamoles « va nous apporter plein de choses »

En parlant de détails, l’arrivée de Louis Picamoles à l’UBB pourrait bien en être un. En effet, le troisième ligne international est un renfort de choix et de poids pour cette fin de saison. Christophe Urios : « Il va nous apporter plein de choses. Déjà, son état d’esprit parce que c’est quelqu’un de revanchard aujourd’hui, son expérience et son calme dans une équipe assez jeune et puis cette façon de jouer debout avec sa puissance. » Des atouts qui ne seront pas de trop pour pourquoi pas aller chercher un titre en juin.

En vue de ce sprint final, l’Union Bordeaux-Bègles a accueilli un autre renfort en la personne de Thomas Jolmes. Grand espoir du rugby français il y a encore deux ans, l’ancien deuxième ligne de La Rochelle et Toulon a aussi rejoint cette semaine la Gironde pour tenter de relancer sa carrière.