XV de France : Laporte aurait enfreint le protocole sanitaire en prenant un vol commercial pour aller à Rome

RUGBY Le président de la FFR aurait voyagé sur un vol commercial pour se rendre en Italie, contrevenant ainsi aux règles sanitaires édictées par la Cellule interministérielle de crise

A.L.G.

— 

Bernard Laporte, what else ?
Bernard Laporte, what else ? — FRANCK FIFE / AFP

C’est devenu une habitude ces derniers temps en accompagnement du café : depuis le début du « Clustergate » de Marcoussis, pas un jour ne se passe sans qu’on en apprenne une bonne sur la manière dont la fédé a géré ce qu’il ne convient absolument plus aujourd’hui d’appeler une bulle sanitaire mais plutôt une passoire. Mardi, ce sont encore nos confrères de L'Equipe qui nous offrent la petite sucrerie du jour, avec cette anecdote sur le voyage de Bernard Laporte vers l’Italie le 5 février dernier, à l’occasion du deuxième match du XV de France dans le tournoi des VI Nations, via un avion de ligne commercial.

Pourtant, selon Serge Simon, le Monsieur Covid-19 du XV de France, promis-juré-craché la délégation française ne voyagerait que « sur des vols privés » afin de protéger la bulle sanitaire. C’était d’ailleurs l’une des conditions formulées par la Cellule interministérielle de crise (CIC), dépendante du ministère de l’Intérieur, pour que les matchs des Bleus puissent avoir lieu.

Le petit café à l’aéroport avec des touristes lambda

Toujours selon L’Equipe du jour, avant de décoller  Bernard Laporte aurait même pris le temps de siroter un petit café avec certains passagers du vol commercial en question. Et ce alors même que le protocole sanitaire des Six Nations invite les personnes concernées par la bulle à éviter à tout prix les lieux publics. Une mauvaise blague, on vous dit… Ce voyage hors bulle du président de la FFR aurait pu rester anecdotique s’il s’était tenu bien à l’écart du groupe France à son arrivée à Rome, ce qui n’a pas été le cas.

En effet, on l’a vu se pointer la fleur au fusil au bord du terrain du Stade Olympique, sans masque, pendant l’échauffement du XV de France. Et si la fédé a bien assuré que son président avait été testé deux fois dans les 72 heures précédant la rencontre, celle-ci n’a livré aucune explication quant à cet itinéraire bis emprunté par Bernard Laporte et qui a contrevenu aux règles sanitaires du tournoi. On verra s’il en est fait mention dans le rapport de l'enquête interne diligentée par la FFR et dont les conclusions sont attendues ce mardi dans la soirée.