Coronavirus : La bulle sanitaire autour du XV de France frôle la mascarade

RUGBY Les informations récentes de L'Equipe confirment que la Fédération française de rugby a une vision bien à elle de ce que doit être une bulle sanitaire en temps de Covid-19 

A.L.G.

— 

Fabien Galthié aurait à plusieurs reprises quitté la bulle sanitaire mise en place autour du groupe France.
Fabien Galthié aurait à plusieurs reprises quitté la bulle sanitaire mise en place autour du groupe France. — FRANCK FIFE / AFP

Très honnêtement, on ne sait même pas par quoi commencer tellement les dernières révélations de L'Equipe​ au sujet de la bulle sanitaire autour du XV de France semblent irréelles. En plein « Cluster Gate » après la découverte d’une dizaine de cas de Covid-19 dans ses rangs, l’équipe de France, et en particulier ses dirigeants, se retrouve aujourd’hui sur le banc des accusés pour avoir à de nombreuses reprises percé la bulle sanitaire.

Mais bon, pour parler de bulle sanitaire, encore faut-il savoir de quoi l’on parle. Or, à entendre le président de la Fédé Bernard Laporte vendredi sur RMC, on se dit qu’on n’est pas sorti des ronces. Après avoir sèchement fait la leçon à un journaliste sur le concept même de bulle (« Tu fais une erreur terrible ! Qu’est-ce que ça veut dire respecter la bulle ? Tu ne sais pas ce que ça veut dire. »), Laporte a expliqué comment ils s’étaient baladés dans Rome, lui et les joueurs, à la veille d’Italie-France.

« À un moment donné, moi-même et des joueurs sommes allés nous promener dans la ville avec des masques, ça ne veut pas dire casser la bulle, a-t-il affirmé. Casser la bulle, ce serait aller dans un endroit où des gens peuvent te contaminer alors que tu n’as pas de masque. » Nos amis tennismen à l'Open d'Australie et basketteurs NBA doivent se retourner dans leurs baskets.

Maracineanu exige des réponses

Interrogée sur la chaîne L’Equipe au sujet de cette petite promenade italienne du XV de France, la ministre des Sports Roxana Maracineanu, qui a par ailleurs demandé à la FFR d’enquêter sur les raisons d’un tel fiasco sanitaire et sportif, a une tout autre définition de ce que doit être une bulle sanitaire : « Une bulle, il faut faire attention à ne pas en sortir. Si on en sort, on ne peut y revenir que sous certaines conditions. Dans le protocole qui nous a été présenté, il y a des conditions très strictes pour les sorties et les retours dans la bulle. Il faut être testé à son retour dans la bulle. » Les promeneurs du dimanche l’ont-ils été ? Interrogée par nos confrères de L’Equipe, la FFR a préféré garder le silence en attendant les conclusions de la fameuse enquête interne.

Ce qui est sûr désormais, c’est que le concept de bulle sanitaire n’a jamais été vraiment respecté, et ce dès la fin de l’année dernière. En interne, on commence même à dire que c’est « un miracle » si le Covid n’a pas toqué à la porte du groupe dès l’automne, « tant les comportements n’étaient pas exemplaires », écrivent nos confrères. A l’image de cette virée nocturne de du sélectionneur Fabien Galthié dans un quartier festif de Paris, sans masque paraît-il, à deux jours du match contre l’Angleterre.

Les menaces de Bernard Laporte

Au retour d’Italie, le 7 décembre dernier, ce même Galthié s’était encore permis une entorse au règlement en quittant son groupe après la victoire à Rome pour aller voir son fils jouer avec les Espoirs du Stade Français face à Colomiers au stade Jean-Bouin. Une escapade qui n’aurait là non plus pas beaucoup plus en interne. Aujourd’hui, cette affaire a créé une ambiance semble délétère au sein du groupe, au point que certains se demandent si le XV de France version Galthié s’en relèvera de sitôt.

Mais loin de calmer le jeu, le président Laporte aurait préféré les menaces à la diplomatie et à la recherche de vérité. Selon de nombreux témoins cités dans L’Equipe, celui-ci aurait expliqué aux joueurs avant leur départ de Marcoussis que ça se passerait mal pour eux si jamais ils décidaient de faire fuiter des informations.