Top14: Qu'est-ce qui peut empêcher le Stade Toulousain d'être champion?

RUGBY Les Rouge et Noir affrontent La Rochelle en demi-finale ce samedi soir à 21 heures à Bordeaux

Clément Carpentier

— 

Antoine Dupont et les Toulousains devront franchir la défense rochelaise pour voir la finale du Top 14.
Antoine Dupont et les Toulousains devront franchir la défense rochelaise pour voir la finale du Top 14. — FRANCK MOREAU / AFP
  • Après avoir dominé la saison régulière, le Stade Toulousain défie le Stade Rochelais en demi-finale du championnat.
  • Face à un adversaire en pleine bourre, les Toulousains vont vite devoir se mettre dans le rythme des phases finales.
  • Les choix d'Ugo Mola seront prépondérants pour cette rencontre décisive.

Ce sont les plus forts. Ce sont les plus beaux. Tout le monde le reconnaît. Et le dit depuis des mois. Pourtant, les joueurs du Stade Toulousain n’ont encore rien gagné cette saison, à part cette belle reconnaissance. Mais un titre reste un titre. C’est au-dessus de tout. Alors après avoir survolé la saison régulière de Top 14, les Rouge et Noir aimeraient bien concrétiser tout cela par un 20e bouclier de Brennus ! Il reste deux marches à franchir pour ça…

La première dès samedi soir (21h) avec une demi-finale contre le Stade Rochelais au Matmut Atlantique de Bordeaux. Si les hommes d’Ugo Mola partent largement favoris, attention pour eux à ne pas trébucher au pire des moments. C’est donc l’heure de se demander à 20 Minutes ce qui pourrait empêcher le Stade Toulousain d’être sacré champion de France.

  • La Rochelle, un adversaire euphorique

Et si Toulouse avait relancé les Maritimes ? En tout cas depuis la victoire au bout de suspens des Rouge et Noir à Marcel-Deflandre, les joueurs de Jono Gibbs marchent sur l’eau (une défaite en six matchs de Top 14). Ils viennent au passage d’éliminer le Racing 92 à Colombes : « Ils sont euphoriques et ils vont jouer sans aucune pression cette demi-finale, complètement libérés. C’est un vrai danger pour Toulouse », souligne Guy Accoceberry, ancien international français et consultant pour Radio France.

Les Rochelais restent sur cinq victoires en six matchs de Top 14.
Les Rochelais restent sur cinq victoires en six matchs de Top 14. - REMY GABALDA / AFP

Des Rochelais qui font partie des rares équipes à avoir accroché deux fois le Stade cette saison (33-29 à l’aller et 19-23 au retour). « La Rochelle devra s’inspirer du Leinster [vainqueur de Toulouse en demi-finale de Champions Cup] pour gagner. C’est-à-dire presser très haut les Toulousains et leur donner un minimum de ballons. Et bien sûr, il faudra une énorme défense comme face au Racing », explique Thomas Lombard. Alors que l’ancien international des Jaune et Noir Jean-Pierre Elissalde prévient les Haut-Garonnais : « Il ne faudra pas simplement essayer de contourner les Rochelais par un jeu de passes mais Toulouse devra imposer une dimension physique pour leur marcher dessus. »

  • Un possible manque de rythme

C’est toujours la même interrogation. Faut-il arriver frais mais en manque de rythme (Toulouse) ou fatigué mais dans une grosse dynamique (La Rochelle) ? « Cela fait longtemps qu’ils n’ont pas fait un match complet à haute intensité alors oui, ça peut jouer », relève le sage Elissalde. En effet, les Rouge et Noir ont fini le championnat en roue libre et le dernier gros match contre Castres remonte à un mois.

Mais ce qui inquiète un peu plus Guy Accoceberry, c’est surtout « le petit manque de constance des dernières semaines car sur un match sec, le moindre trou d’air ne pardonnera pas. Et puis le plus dur, c’est toujours de conclure » D’ailleurs à ce sujet Ugo Mola avait parlé « d’une très grosse alerte » à propos de la folle remontada de ses joueurs après leur première mi-temps complètement ratée contre Bordeaux. Auront-ils corrigé le tir ?

  • Un vestiaire à gérer

Comme le souligne justement Jean-Pierre Elissalde, « il y a du monde au portillon » au Stade Toulousain avant cette demi-finale. Beaucoup de monde. A part les blessés longue durée, tout le monde est là ! Et « quand on a le choix, on peut logiquement plus facilement se tromper. Il va falloir trancher et là, on ne sait jamais comment le groupe va réagir notamment ceux qui seront sur le banc ou hors groupe », ajoute-t-il.

Bezy ou Dupont en 9, Dupont ou Holmes en 10, Ntamack titulaire ou pas, Kolbe à l’aile ou à l’arrière… La gestion d’Ugo Mola va être primordiale car en plus, « ce sont des postes clés » comme le rappelle Guy Accoceberry. Par exemple, le choix de Tekori contre le Leinster n’avait pas payé pour Toulouse.

  • La peur de la page blanche

Toulouse a réalisé une énorme saison battant même les records historiques de points (98) et d’essais (102) en Top 14. Mais il y a le revers de la médaille à cette réussite pour Thomas Lombard : « Il y a beaucoup d’admiration pour ce qu’ils ont accompli jusqu’à maintenant mais du coup, ça donne une forme de pression. S’ils ne sont pas champions, ils se seront plantés au plus mauvais moment. » Et la déception n’en sera que plus forte.

Il va donc falloir faire avec cette peur de la page blanche notamment si le match reste serré jusqu’au bout face au Stade Rochelais. Mais pour faire face à cela, le consultant Canal + rappelle que « le Stade peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience » qui devront prendre leurs responsabilités. Et il n’y a pas meilleur moment que les phases finales pour ça.