Bordeaux : Semi Radradra, le «facteur X» qui peut emmener l’UBB vers les sommets

RUGBY Le centre fidjien est en train de devenir l’un des meilleurs joueurs du monde.

Clément Carpentier

— 

Semi Radradra, la bombe fidjienne de l'UBB.
Semi Radradra, la bombe fidjienne de l'UBB. — Nicolas Tucat / AFP
  • Semi Radradra veut porter l’Union Bordeaux-Bègles vers les phases finales du Top 14.
  • L’ancien de rugby à VII et à XIII fait aujourd’hui partie des meilleurs joueurs du monde.
  • Le trois-quarts fidjien régale le public et surtout ses coéquipiers cette saison.

Depuis le début de la saison, un murmure traverse les tribunes du stade Jacques Chaban-Delmas à chaque fois que Semi Radradra s’emparent du ballon. L’attente est toujours immense autour du magicien fidjien de 26 ans. A l’image d’un Lionel Messi ou d’un Kylian Mbappé au football. Que va-t-il encore inventer ? « Il est capable de faire des choses incroyables, c’est notre facteur X » savoure son entraîneur, Joe Worsley, alors que le centre de l’Union Bordeaux-Bègles régale le public comme samedi dernier face à Grenoble. Lors de la large victoire des Girondins (47-31), il a signé une performance individuelle hallucinante. Peut-être même record dans l’histoire du Top 14.

Radradra à l'oeuvre face à Grenoble.
Radradra à l'oeuvre face à Grenoble. - Thibaud MORITZ / AFP

Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder les chiffres de son match :

  • 197 - comme le nombre de mètres parcourus ballon en main par Semi Radradra. Le Fidjien a donc traversé deux fois le terrain. Atteindre les 100 mètres lors d’un match de rugby est déjà jugé comme exceptionnel aujourd’hui.
  • 10 - comme le nombre de Grenoblois battus en 80 minutes. La moyenne se situe autour de deux en Top 14.
  • 24 - comme le nombre de ballons qu’il a touchés. Des ballons presque tous bonifiés puisqu’il est impliqué sur quatre des sept essais de l’UBB.

Un talent à l’état pur

Après une période d’adaptation, celui qui est allé à la mine jusqu’à l’âge de 19 ans donne la pleine mesure de son immense talent à l’UBB. Un talent déjà aperçu à Toulon la saison dernière pour sa toute première expérience à XV. Le président bordelais, Laurent Marti, qui a fait un (très) gros effort financier pour attirer l’ancien joueur de rugby à VII et à XIII peut être content de son coup aujourd’hui : « On sent qu’il pèse sur l’adversaire, qu’il crée de l’incertitude. Il sait tout faire, il peut déposer un mec sur 5 mètres, te faire une passe vissée de 20 mètres des deux côtés à pleine vitesse. »

Parfois, il en fait même trop comme face aux Isérois en fin de match. Alors qu’il avait une nouvelle fois déposé toute la défense et filé tranquillement l’essai, il a préféré faire une passe à une main à un coéquipier pour lui offrir l’essai… Et ce dernier a chuté en réceptionnant le ballon. Quelques minutes plus tôt, il avait fait la même chose en donnant carrément le ballon à Alexandre Roumat dans l’en but après une course de 70 mètres : « C’était le bon moment, il avait couru derrière moi, alors pourquoi ne pas partager cela avec lui ? », glissera tout sourire celui qui avait martyrisé le XV de France avec les Fidji en novembre dernier en inscrivant notamment un essai malgré trois joueurs français sur le dos.

L’UBB veut en profiter un maximum

Ces actions résument un peu tout ce qu’il est. Un joueur hors du commun qui doit « éviter de prendre de la masse musculaire » selon Frédéric Marcerou, le préparateur physique de l’UBB, pour garder sa vivacité et sa dextérité. Un paradoxe dans le rugby moderne. Reste maintenant à savoir si Semi Radradra permettra enfin au club d’atteindre les phases finales du championnat. C’est là qu’il est attendu au tournant dans les prochaines semaines. Pour l’instant, l’Union Bordeaux-Bègles est dans les clous (5e) à 9 journées de la fin de la saison régulière.

Semi Radradra avait martyrisé le XV de France avec les Fidji en novembre dernier.
Semi Radradra avait martyrisé le XV de France avec les Fidji en novembre dernier. - A-C.Poujoulat / AFP

S’il n’y arrivera pas tout seul bien évidemment, c’est tout de même un gros plus pour le demi d’ouverture international Matthieu Jalibert : « Il est hyper important pour nous car il permet d’ouvrir des brèches pour ses coéquipiers et ça, on ne le voit pas forcément. On attend que ce soit lui qui traverse le terrain à chaque fois mais il est aussi très utile sans le ballon. » Alors qu’il est sous contrat jusqu’en juin 2020, certains rêvent déjà de le voir prolonger l’aventure à Bordeaux. Lui affirme se sentir très bien ici et ce n’est pas les températures estivales en plein mois de février qui risque de le faire changer d’avis l’îlien.