K-O d'Ezeala: «Il y a des éléments d'inquiétude»... Le professeur Chazal dénonce les contacts violents

RUGBY Le neurochirurgien estime que certaines règles ne sont pas encore complètement appliquées...

W.P.

— 

Le jeune Samuel Ezeala sorti du terrain sur civière
Le jeune Samuel Ezeala sorti du terrain sur civière — SIPA

« Il faut arrêter le massacre. » Au mois de septembre dernier, le professeur Jean Chazal, neurochirurgien au CHU de Clermont sonnait déjà l’alarme quant aux dangers des contacts violents dans le rugby. L'impressionnnant K-O du Clermontois Samuel Ezeala sur la pelouse du Racing 92 dimanche soir a hélas fini de le convaincre. Le professeur s’est notamment indigné lundi de l’application - en l’occurrence de la non-application - de certaines règles, au micro de France Info.

« Les avant-bras et les coudes en avant avec le ballon dans le berceau des avant-bras, c’est strictement interdit. Le joueur peut raffûter, mais le raffut, c’est le membre supérieur tendu, avec la paume de la main. Je pense que les règles ne sont pas complètement respectées et je le dis d’autant plus librement que je ne suis ni arbitre ni entraîneur. »

Ces propos s’opposent clairement à ceux du président du Racing 92, Jacky Lorenzetti, lequel a déclaré qu’il « ne faut pas se tromper : le rugby est un sport de combat, explique-t-il. A force de vouloir tout enlever, il ne faudrait pas non plus retomber dans l’effet inverse et donner au supporter l’image d’une danse ou d’un ballet. »

Ezeala n’est « pas tout à fait bien encore »

Jean Chazal a également fait le point sur l’état de santé du jeune joueur de Clermont, qui se veut rassurant… et inquiétant à la fois. « Alors que nous devions le transférer à Clermont aujourd’hui (lundi), nous avons décidé de le laisser dans ce service, en surveillance, le transport pouvant être dangereux. Il n’est pas tout à fait bien encore, il y a des éléments d’inquiétude pour l’avenir. Il a perdu connaissance pendant plus d’une minute, avec un réveil agité. C’est typique de la commotion cérébrale », a-t-il expliqué.