Roland-Garros: «J’ai peut-être fait le meilleur match de ma carrière» se satisfait Jérémy Chardy

TENNIS Le Français a battu Goffin et se qualifie pour les huitièmes de finale…

B.V.

— 

La rage de Jérémy Chardy lors de son 2e tour victorieux à Roland-Garros contre  John Isner, le 28 mai 2015.
La rage de Jérémy Chardy lors de son 2e tour victorieux à Roland-Garros contre John Isner, le 28 mai 2015. — Francois Mori/AP/SIPA

C’est l’invité surprise. Au milieu des Tsonga, Monfils et Simon, Jérémy Chardy a lui aussi validé son ticket pour les huitièmes de finale de Roland-Garros en battant sèchement le Belge David Goffin. Une performance qu’il avait déjà réussie il y a… sept ans. Il y retrouvera le Britannique Andy Murray.

Quelle est la différence entre le Chardy de 2008 et celui d’aujourd’hui?

C’est complètement différent. En 2008 j’étais autour de la 190e place, j’avais reçu un wild-card et j’avais fait un tournoi extraordinaire [battu en huitièmes par Almagro]. J’étais sur mon petit nuage. J’ai notamment fait deux matchs ou je surjouais complètement, tout ce que je tentais, je le réussissais. Cette année, j’ai vraiment fait des matchs solides. Face à Goffin, c’était le meilleur de ma saison et peut-être de ma carrière. J’ai réussi  mettre en place tout ce que je travaille sans me précipiter. J’ai gagné mes matchs en faisant des matchs solides. J’ai pas volé ma place.

En quoi avez-vous progressé depuis, et particulièrement avec votre nouveau coach (Magnus Tideman) ?

J’ai essayé d’avoir une base de mon jeu plus solide. J’ai notamment beaucoup amélioré mon revers par rapport à ces dernières années. Je suis capable de faire plus de choses avec. En même temps, j’ai toujours mes points forts et je continue des les travailler, car c’est avec qu’on gagne les matchs. Mais petit à petit, je gomme certains défauts.

L’entraîneur de David Goffin disait que vous jouiez tout seul sur le court. Vous êtes d’accord avec ça ?

Assez d’accord oui. J’aime faire le jeu dès que je le peux. C’est moi qui fais les points et les fautes aussi. J’ai envie de créer des choses. Mais on peut faire le même constant sur plusieurs joueurs.

Vous rencontrez Andy Murray au prochain tour. Ca ne va pas être évident…

Il joue à son meilleur niveau sur terre en ce moment. Avant il n’aimait pas trop, mais cette année il a montré qu’il était solide. Si je me sens bien comme aujourd’hui j’ai mes chance, mais il faudra que je fasse un match parfait. Andy est capable de tout faire, il a un super main, il peut attaquer, défendre, il sert bien, c’est l’un des meilleurs retourneurs du circuit.

Vous l’avez joué récemment à Rome (6-3, 6-3 pour Murray). Qu’en retenez-vous? Votre coach va-t-il vous donner des idées pour lui répondre?

J’espère bien qu’il va me donner des conseils, c’est quand même pour ça que je le paie (rires). Y a des choses que je peux améliorer et retenir de mon dernier match contre lui. Mais je joue beaucoup mieux qu’à Rome. Je mise sur la confiance et quelques ajustements.