Ligue Magnus: «C'est du bonus», les Aigles de Nice en play-off pour la première fois de leur histoire

HOCKEY SUR GLACE Valère Vrielynck et les hockeyeurs niçois affrontent les Brûleurs de loups de Grenoble ce mardi et mercredi à la patinoire Jean-Bouin

Propos recueillis par Mathilde Frénois

— 

Valère Vrielynck et les Aigles de Nice jouent les play-off pour la première fois de leur histoire.
Valère Vrielynck et les Aigles de Nice jouent les play-off pour la première fois de leur histoire. — Aigles de Nice

Ils feront crisser leurs griffes acérées sur la glace de la patinoire Jean-Bouin. Ce mardi et mercredi à 20 heures, les Aigles de Nice affrontent les Brûleurs de loups de Grenoble en quart de finale de l’élite du hockey-sur-glace français. En se classant septièmes de la Ligue Magnus, les Niçois ont empoché leur ticket pour disputer les play-off. Une première à Nice.

Après avoir perdu les deux premiers matchs des phases finales 5-1 et 6-1 à Grenoble, le capitaine Valère Vrielynck et son équipe tenteront d’écrire une nouvelle page de l’histoire du club. Interview.

Les Aigles de Nice ont-ils leur place en play-off de la Ligue Magnus ?

Nice est montée en Ligue Magnus il y a trois ans. C’est un club qui a de l’ambition. Et forcément, grandir passe par les phases finales. C’était l’objectif du club et on y est arrivé. C’est une première victoire même si ça s’est joué à peu : on a fini septièmes, seuls les huit premiers étaient qualifiés.

Les matchs 1 et 2, à l’extérieur, se sont mal passés…

A Grenoble, les deux matchs se sont ressemblé. On a fait de mauvaises entames de match. Quand on encaisse des buts contre ce type d’équipe, c’est très compliqué de revenir au score après. Grenoble est une grosse écurie du championnat. On a fait beaucoup d’efforts qui n’ont pas suffi.

Comment allez-vous redresser la barre ?

Ça reste un match de hockey. Mais ce sera plus intense, avec plus de contact, et donc plus de sacrifices. Il va falloir faire un travail mental et de motivation. On va essayer de rectifier les erreurs commises. Il faut ajuster notre jeu et, surtout, profiter de l’avantage de jouer à domicile. On récupère le public qui va nous aider.

En tant que capitaine, qu’allez-vous dire aux autres joueurs dans les vestiaires avant le coup d’envoi ?

Je leur dirai que le groupe doit rester soudé. On doit s’aider entre nous. Ça passe par des sacrifices de tous, en défense et en attaque. On n’a rien à perdre. Après la saison qu’on vient de faire, c’est du bonus.

Et si l’expérience devait se terminer mercredi après le quatrième match, que retiendrez-vous ?

Parmi les joueurs, il n’y a que des compétiteurs. On veut essayer d’aller le plus loin possible ! Mais pour le club, c’est déjà une grande étape. Il gagnera en expérience.