Golf, foot, British Open, Dubaï... La fulgurante ascension de Matthieu Pavon

GOLF Le Bordelais dispute à partir de ce jeudi matin la finale de la Race à Dubaï... 

Clément Carpentier

— 

Matthieu Pavon lors de son premier British Open cette saison.
Matthieu Pavon lors de son premier British Open cette saison. — Oli SCARFF / AFP
  • Le fils de l'ancien joueur des Girondins Michel Pavon est golfeur profesionnel.
  • Matthieu Pavon fait aujourd'hui partie des 60 meilleurs joueurs européens après une excellente année 2017.

C’est un magnifique soleil qui attend, ce jeudi matin, Matthieu Pavon sur le parcours du DP World Tour Championship à Dubaï. Comme il le fait depuis le début de la saison, le jeune golfeur girondin va une nouvelle fois tenter de briller lors de ce dernier tournoi de la saison qui regroupe les 60 meilleurs joueurs européens. Celui qui n’est autre que le fils de Michel Pavon, ancien milieu des Girondins, vit une ascension fulgurante depuis plusieurs années. Il est en train de se faire un prénom et surtout un nom tout court dans son sport.

>> A lire aussi : On pourra jouer au golf sur le toit de la future «cathédrale des sports» de Bordeaux

Le golf plutôt que le football

Il faut dire qu’avec un père footballeur professionnel et une mère golfeuse, Matthieu Pavon avait quelques prédispositions pour le sport de haut niveau. Pourtant, cela a mis du temps se concrétiser comme il l’explique : « J’ai joué au foot et au golf jusqu’à 17 ans. J’étais plutôt bon dans les deux mais je n’avais rien d’exceptionnel. Et puis, j’ai fini par faire un choix. » Celui de la petite balle blanche.

Le Bordelais lors de sa 6e place en Suède.
Le Bordelais lors de sa 6e place en Suède. - Emil LANGVAD / AFP

Il décide alors de rejoindre les États-Unis et la Floride. Là-bas, il s’entraîne d’arrache-pied pendant six mois avant de revenir en France sur les circuits régionaux. Si le très haut niveau est encore loin à l’époque, pas question de paniquer : « Le golf est un sport un peu à part car il n’y a pas d’âge pour arriver à maturité ou démarrer une carrière professionnelle. » Finalement, le seul chemin pour y parvenir selon lui, c’est le travail. Et encore plus quand « on a un cursus pas commun comme moi et qu’on n’est pas passé par les équipes de France », rappelle le licencié du Golf du Médoc.

>> A lire aussi : J.O, Ryder Cup, Exposition universelle (peut-être)…Toujours plus d’événements en Ile-de-France

Une progression impressionnante

Passé pro en décembre 2013, ce grand passionné de foot écume les différentes divisions européennes de golf pendant trois saisons avant d’obtenir sa carte sur le grand circuit, European Tour, il y a un peu plus d’un an. « C’est le fruit d’un énorme travail. Je partais avec beaucoup de retard mais j’ai su saisir les opportunités. C’est beaucoup de plaisir mais il faut rester humble », mesure celui qui rêve de disputer le Masters d’Augusta.

En attendant, Matthieu Pavon a déjà signé trois top 10 et disputé son premier majeur,  British Open, cette saison sur le grand circuit européen. Entraîné par Benoît Ducoulombier, le Bordelais prend aussi parfois des conseils auprès de son père : « Il suit tous mes résultats. Cette semaine, il est à Dubaï pour me voir jouer. Ça m’arrive de lui poser des questions car il a connu la compétition à un très haut niveau pendant sa carrière. »

>> A lire aussi : Un spectateur donne une leçon de golf à McIlroy lors de la Ryder Cup

Prochaine étape, un victoire sur le circuit européen 

Aujourd'hui, à 25 ans, on peut se demander où va-t-il s'arrêter. L'intéressé répond de lui-même qu'il aimerait bien faire partie un jour des dix meilleurs joueurs du monde. Mais pour l'instant, le présent, c'est cette finale de la Race à Dubaï dont Matthieu Pavon «n'attend pas grand-chose.» JJe vais jouer avec les meilleurs joueurs, c'est toujours très enrichissant de partager des parties avec eux. On apprend beaucoup dans ces moments-là.»

Si tous les golfeurs français ont en tête la prochaine Ryder Cup qui se disputera en France dans un an, le Bordelais ne devrait pas être retenu sauf s'il réalisait une saison prochaine extraordinaire. Mais à la vitesse où il progresse, Matthieu Pavon pourrait encore surprendre son monde. Et surtout gagner rapidement son premier trophée sur l'European Tour. 

>> A lire aussi : Plus qu’un an avant la Ryder Cup à Paris, comment être au point pour le Jour J?