20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLSous pression, la préfecture de police augmente son dispositif de sécurité

OM-OL : Sous pression, la préfecture de police augmente son dispositif de sécurité

FOOTBALLLa préfecture de police des Bouches-du-Rhône a significativement augmenté son dispositif de sécurité pour le match entre l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais mercredi (21 heures), un mois après l’attaque du car du staff lyonnais
Le car du staff de l'Olympique Lyonnais avec la vitre brisée après l'attaque de supporteurs marseillais ayant entrainé la blessure de l'entraineur Fabio Grosso et de son adjoint.
Le car du staff de l'Olympique Lyonnais avec la vitre brisée après l'attaque de supporteurs marseillais ayant entrainé la blessure de l'entraineur Fabio Grosso et de son adjoint.  - Christophe SIMON / AFP
Adrien Max

Adrien Max

L'essentiel

  • Le match de la 10e journée de Ligue 1 entre l’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais se rejoue ce mercredi soir (21 heures) au stade Vélodrome, et avec du public.
  • La rencontre du 29 octobre avait été reportée après l’attaque du car du staff lyonnais par des supporteurs ayant entraîné la blessure de l’entraîneur Fabio Grosso et de son adjoint.
  • Sous pression, les autorités, à commencer par la préfecture de police des Bouches-du-Rhône, ont fortement augmenté le dispositif de sécurité, elles qui sont responsables de ce qui se passe sur la voie publique

Un match sous pression pour l’Olympique de Marseille, et peut être même encore plus pour les autorités. Les Marseillais reçoivent l’Olympique Lyonnais ce mercredi (21 heures), dans le cadre du match à rejouer de la 10e journée de Ligue 1, reporté le 29 octobre dernier après l’attaque du car du staff lyonnais ayant entraîné la blessure au visage de Fabio Grosso, et de son adjoint.

Les réunions de préparation de ce match ont déjà eu lieu pour la préfecture de police et le dispositif de sécurité mis en place est borné depuis un moment, sauf événement « extérieur » du type attentat, évidemment. Il se jouera sans supporteurs lyonnais, interdits de déplacements après la publication d’un arrêté au Journal officiel ce mardi par le ministère de l’Intérieur en raison d’un « risque réel et sérieux d’affrontements entre les supporteurs des deux clubs », ainsi que « des saluts nazis ainsi que des propos racistes et homophobes avaient été observés chez les supporteurs lyonnais, eux-mêmes insultés en tribune par leurs homologues marseillais ».

En octobre, 600 supporteurs lyonnais avaient pu faire le déplacement après plusieurs réunions de préparation entre la préfecture de police et les groupes de supporteurs des deux clubs. Cette fois, que neni.

« La préfecture sait qu’elle n’a pas le droit à l’erreur »

Ce qui n’empêche pas la préfecture de police d’avoir « adapté » son dispositif de sécurité pour mercredi. « Il n’est ni plus important, ou moins important, il est adapté en tenant compte des événements et des contentieux qu’il existe entre les deux clubs. On a réfléchi à ce qu’il s’est passé, et on a adapté le dispositif », assure la préfecture de police. Mais impossible d’en savoir plus sur le nombre précis de forces de l’ordre mobilisées par la voix officielle.

La préfète de police des Bouches-du-Rhône, Frédérique Camilleri est sous pression avant ce report. Et pour cause, tous les incidents du 29 octobre avaient eu lieu en dehors du stade Vélodrome, sous la responsabilité des autorités publiques donc. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’OM n’a pas été sanctionné, et que le match se rejoue au Vélodrome, avec du public. « La préfecture sait qu’elle n’a pas le droit à l’erreur sur cet événement, ils vont mettre les moyens nécessaires », confie à 20 Minutes une source policière.

Un car banalisé équipé d’un film antiblast

Selon nos informations, les effectifs ont bien été augmentés, au point d’être pratiquement doublés avec beaucoup plus de compagnies de CRS et de gendarmes mobiles que lors du match avorté. Mais aussi avec un travail sur le plan de circulation, les cars lyonnais ayant été ralentis par les travaux aux abords du stade Vélodrome. Un demi-aveu d’échec, même si la préfète de police avait pointé du doigt « des abrutis », après l’attaque du car lyonnais : « Si ce match n’a pas eu lieu ce n’est pas parce qu’il n’y a pas eu de travail en commun entre les équipes, ce n’est pas parce que les supporteurs des deux équipes ont choisi de ne pas se parler, au contraire, je crois que c’est une première, mais parce que des abrutis en ont décidé autrement à l’extérieur ».

Concernant le car de l’Olympique Lyonnais, celui utilisé pour ce nouveau match sera banalisé alors qu’à Marseille on avait regretté que le club rhodanien vienne au Vélodrome dans un véhicule aux couleurs du club, et donc très facilement identifiable, le 29 octobre dernier. Pour ce match, un car leur sera prêté, et il sera équipé d’un film antiblast pour empêcher les éclats de verre, ce qui n’était pas le cas la dernière fois, selon l’Equipe. Il leur permettra de rejoindre leur hôtel, bien évidemment tenu secret, au stade Vélodrome. Aucun incident ne sera donc permis pour les autorités durant ce trajet alors que personne n’a été interpellé pour l’attaque du car du staff des Lyonnais.

Sujets liés