OL-Losc : « Le but lyonnais aurait dû être validé », reconnaît le DTN de l’arbitrage français Pascal Garibian

FOOTBALL Le patron de l’arbitrage français Pascal Garibian estime ce lundi qu’il y a eu « une erreur » dimanche sur l’égalisation de Lucas Paqueta refusée par Clément Turpin, après intervention du VAR, lors du match OL-Losc (0-1)

Jérémy Laugier
Lucas Paqueta croyai avoir profité du dégagement totalement manqué par le gardien lillois Leo Jardim. Clément Turpin en a décidé autrement, après vérification de ralentis auprès du VAR. OLIVIER CHASSIGNOLE
Lucas Paqueta croyai avoir profité du dégagement totalement manqué par le gardien lillois Leo Jardim. Clément Turpin en a décidé autrement, après vérification de ralentis auprès du VAR. OLIVIER CHASSIGNOLE — AFP
  • La fin du match entre l’OL et le Losc (0-1) a été marquée dimanche par une grosse polémique d’arbitrage.
  • Clément Turpin, qui avait dans un premier temps accordé l’égalisation à Lucas Paqueta (86e), venu récupérer un ballon dans les pieds de Leo Jardim, a ensuite refusé ce but après avoir été prévenu par l’arbitre dévolu au VAR pour ce match Mikaël Lesage.
  • Le DTN de l’arbitrage français Pascal Garibian vient de reconnaître ce lundi dans Le Progrès que ce but « aurait dû être validé ».

A situation exceptionnelle, réaction exceptionnelle de la part de l’arbitrage français. Tout comme en novembre 2019, lorsqu’il avait reconnu qu’un penalty n’aurait « pas dû être accordé » à l’OM contre l’OL en raison d’une main de Morgan Sanson, Pascal Garibian vient de réagir ce lundi après la polémique de la fin du match Lyon-Lille (0-1). Le directeur technique de l’arbitrage français a indiqué au Progrès avoir analysé avec son staff « la situation litigieuse » de cette fin de match, lorsque Lucas Paqueta a profité d’un dégagement manqué de Leo Jardim pour égaliser (86e).

Initialement validé par Clément Turpin, ce but a dans un second temps été refusé après intervention du VAR et analyse de ralentis sur le bord du terrain par l’arbitre de la rencontre. « Ce but aurait dû être validé, comme il l’avait été sur le terrain », confie Pascal Garibian.

Il a manqué un angle de vue déterminant à Clément Turpin

Pour lui, le véritable problème vient des images qui ont été mises à la disposition de Clément Turpin avant qu’il ne modifie sa décision. « Nous avons fait le constat qu’il était regrettable que tous les angles d’images proposées n’aient pas pu être appréciés par l’arbitre, précise le patron de l’arbitrage français. Si l’un des angles de vue pouvait laisser penser à un excès d’engagement de M. Paqueta lors du dégagement du gardien lillois, un autre angle, celui venant de la loupe gauche, démontrait que la décision initiale de l’arbitre d’accorder le but était la bonne. Même si l’envoi des images a été fait dans une volonté de proposer à l’arbitre de faire son choix final, il manque un flux. »


Selon Pascal Garibian, Clément Turpin n’aurait donc pas pu voir l’angle prouvant que l’intervention de Lucas Paqueta était licite. Très critiqué par Leonardo pour ses décisions lors du match Nantes-PSG la semaine passée, Mikaël Lesage était l’arbitre dévolu à la régie du VAR dimanche soir depuis le Replay center à Paris. « Nous reconnaissons une erreur », conclut Pascal Garibian. Cette franche prise de parole de la part du DTN de l’arbitrage devrait en partie satisfaire Jean-Michel Aulas, qui l’a interpellé à deux reprises depuis dimanche soir sur Twitter. En partie seulement, car son équipe sera bien encore 10e, à huit points de l’objectif crucial d’une place en Ligue des champions, au moment de défier Lorient vendredi soir.