OL-OM : L’auteur du jet de bouteille ayant percuté Payet placé en garde à vue… « Un acte isolé » selon le club lyonnais

FOOTBALL L’individu, qualifié d'« abruti » par Jean-Michel Aulas, a été interpellé dimanche soir dans le virage nord. Après près de deux heures d’imbroglio, le match OL-OM s’est finalement arrêté à cette 5e minute de jeu

Jérémy Laugier
— 
Ligue 1: Le débrief du (non) match OL-OM — 20 Minutes
  • A la 5e minute du match OL-OM dimanche, Ruddy Buquet a renvoyé les joueurs lyonnais et marseillais aux vestiaires, en raison d’une bouteille jetée sur la pelouse ayant touché Dimitri Payet au visage.
  • L’homme, qui était situé dans le virage nord lyonnais, a été interpellé une quarantaine de minutes plus tard par des agents de sécurité. L’OL a ensuite annoncé qu’il avait été placé en garde à vue.
  • Selon Jean-Michel Aulas, malgré cet incident majeur ayant conduit à l’arrêt définitif de la rencontre, après deux heures d’un pathétique imbroglio, « Lyon est vraiment exemplaire en matière de sécurité ».

Au Parc OL,

Même dans une première moitié de saison de Ligue 1 où les incidents se multiplient comme jamais en tribunes, aucun match ne s’était arrêté après seulement cinq minutes de jeu. C’est désormais le cas après ce pathétique OL-OM, stoppé provisoirement dimanche à 20h50… puis définitivement à 22h41. La faute à une bouteille d’eau jetée par un spectateur situé dans le virage nord, et ayant percuté un Dimitri Payet copieusement insulté par tout le kop, alors qu’il s’apprêtait à frapper le premier corner de la rencontre (0-0, 4e). L'arbitre du match Ruddy Buquet a aussitôt renvoyé tous les joueurs aux vestiaires et l’homme suspecté de ce jet de bouteille a été repéré et sorti du stade une quarantaine de minutes plus tard par des agents de sécurité.

Dimitri Payet a été touché par une bouteille d'eau au moment de frapper un corner, dimanche après 4 minutes lors du match au Parc OL.
Dimitri Payet a été touché par une bouteille d'eau au moment de frapper un corner, dimanche après 4 minutes lors du match au Parc OL. - PHILIPPE DESMAZES / AFP

Non sans avoir reçu juste avant une claque d’un membre du kop virage nord, comme l’a montré Amazon Prime dimanche. L’OL a confirmé l’interpellation et la garde à vue de l’auteur du jet de bouteille, tout en évoquant aussitôt « un acte isolé ». Une version qui n’a pas incité Ruddy Buquet, au bout d’un interminable imbroglio en coulisses, à faire reprendre la rencontre, même si le speaker a indiqué au stade le contraire à 22h05. En conférence de presse, Jean-Michel Aulas a mentionné « un incident regrettable », tout en louant la réactivité de son club.

« Il n’y avait aucune chance que cet incident soit réitéré »

« On a 350 caméras dans le stade, ce qui permet d’identifier tout fauteur de troubles, rappelle le président lyonnais. Il a été immédiatement intercepté, alors que dans les précédents cas ailleurs, les organisateurs n’aiment le plus souvent pas aller rechercher le fautif. Je peux vous assurer que Lyon est vraiment exemplaire en matière de sécurité. Sur la voie publique, il y a beaucoup de gens incontrôlables. Là, c’est un abruti qui jette une bouteille, c’était malheureusement imprévisible. »



Ce qui l’était moins par la suite, c’est que les pouvoirs publics ont dans un premier temps tenter de faire reprendre le match, avec un échauffement des Lyonnais à partir de 22h10, avant une reprise de ce choc qui n’aura jamais lieu. « Il n’y avait aucune chance que cet incident soit réitéré par la suite et il n’y a pas eu par exemple d’envahissement de stade », a insisté Jean-Michel Aulas, qui on l'a bien compris, n'était pas contre la reprise. Cela n’a pas suffi à convaincre Ruddy Buquet.