Ligue 1 : Après la fessée à Strasbourg, Claude Puel va-t-il être licencié de son poste d'entraîneur de l'ASSE ?

FOOTBALL Les Verts en ont pris cinq à la Meinau, dans un match catastrophe (5-1)

Thibaut Gagnepain
— 
Claude Puel n'a pas dit ça, on vous rassure.
Claude Puel n'a pas dit ça, on vous rassure. — SEBASTIEN BOZON / AFP / Paint
  • L’avenir de l’entraîneur de l’ASSE, Claude Puel, est de plus en plus incertain.
  • Il pourrait être viré après la fessée reçue par les Verts en Alsace ce dimanche (5-1).
  • Le club forézien avait déjà pensé à s’en séparer avant le derby contre Lyon il y a deux semaines.

Au stade de la Meinau à Strasbourg,

Claude Puel sera-t-il encore l’entraîneur de l’AS Saint-Etienne samedi prochain à Angers ? La question mérite d’être posée après la nouvelle déconvenue des Verts ce dimanche. Une fessée reçue à Strasbourg (5-1) qui vient encore un peu plus plomber leur début de saison.

Après dix journées de Ligue 1, les partenaires de Mahdi Camara ne comptent que quatre misérables points et n’ont pas remporté le moindre match. Leur seule performance notable aura été ce match nul décroché dans le derby il y a deux semaines contre Lyon (1-1). Après ce sursaut, d’orgueil et de jeu, une confirmation était attendue en Alsace. Elle a duré vingt-six minutes… Pile le moment choisi par le défenseur strasbourgeois Maxime Le Marchand pour ouvrir le score de la tête, à la suite d’un corner (1-0, 26e). Un peu contre le cours du jeu.

« On faisait des choses cohérentes »

« Je trouvais qu’on était bien entré dans le match, on avait pris le dessus, on avait la maîtrise. On faisait des choses cohérentes. Puis après, le mauvais scénario est arrivé avec ce coup de pied arrêté », a regretté après la partie le coach stéphanois. D’un ton calme, en avouant sa frustration. Car c’est vrai, son ASSE méritait certainement mieux à cet instant-là. Tout comme Youssouf ne méritait peut-être pas le carton rouge après son tacle engagé et surtout mal maîtrisé sur Ajorque (44e). Six minutes plus tôt, le milieu de terrain avait déjà causé la perte des siens sur un but contre son camp (2-0, 38e)…

Les Verts auraient alors pu plonger mais sont restés dans le coup grâce à un déboulé de Nordin, fauché par le même Le Marchand dans la surface. Sauf que le penalty de l’espoir transformé par Khazri (2-1, 45e) n’a pas été suivi de rébellion durable. Pas simple en infériorité numérique. « Le troisième but strasbourgeois (Gameiro, 69e) a sonné le glas. A partir de là, ça a été très difficile de revenir, de réimpacter. On a pris un coup de bambou », a avoué Claude Puel, visiblement peiné pour son groupe « qui bosse bien à l’entraînement et propose des choses ». « Il y avait beaucoup de peine dans le vestiaire. Les joueurs en bavent », a ajouté le technicien.

« Le coach a parlé. Il a dit ce qu’il avait à dire », a résumé Wahbi Khazri, évidemment sans dévoiler la teneur du discours. Le sien était combatif. « Il y a beaucoup de choses à corriger mais on ne va pas baisser la tête. C’est dur mais faut assumer. » Un message proche de celui de son entraîneur, apparu posé en conférence de presse. « Ça ne sert à rien de ressasser, il faut rester dans l’action. On n’est pas dans des pensées négatives », a-t-il assuré, sans parler de son cas personnel.

Déjà sur un fil avant le derby, qui lui avait permis d’obtenir un sursis, Claude Puel semble pourtant de plus en plus menacé. Son bilan comptable est catastrophique depuis le début de la saison et ses relations se sont détériorées avec le président Roland Romeyer, d’après le quotidien L’Equipe. Son indemnité de départ, estimée à environ 4 millions d’euros pour son staff et lui, posait aussi problème à un club en difficultés financières. Est-ce que cela suffira à le sauver une semaine de plus ?