Montpellier-Bordeaux : Qui est Junior Onana, l'inconnu des Girondins, bonne surprise du début de saison ?

FOOTBALL Face au MHSC ce mercredi (19 heures), les Bordelais pourront compter sur leur prometteur milieu de terrain

Clément Carpentier
— 
Jean Onana, le milieu de terrain des Girondins de Bordeaux.
Jean Onana, le milieu de terrain des Girondins de Bordeaux. — Romain Perrocheau / AFP
  • Les Girondins de Bordeaux se déplacent à Montpellier ce mercredi à l’occasion de la 7e journée de Ligue 1.
  • Arrivé cet été dans l’anonymat le plus complet, Junior Onana est la révélation de ce début de saison.
  • Le milieu de terrain box-to-box a le profil parfait pour exploser en L1 s’il arrive à canaliser sa puissance physique.

Dès son premier jour aux Girondins de Bordeaux,Junior Onana a failli rentrer dans le Guinness des records. Pourquoi ? Pour la conférence de presse de présentation la plus courte de l’Histoire. « Je ne dirais pas qu’il est timide, explique un membre du club, mais c’est quelqu’un d’assez discret ». En dehors du terrain peut-être, mais pas avec un ballon ! On ne voit que lui au milieu de terrain depuis deux matchs. Et pas uniquement en raison de son imposante carrure (1,89 m pour 90 kg). Le Camerounais impressionne et surprend son monde en Gironde.

Personne n’avait jamais entendu parler de lui avant qu’il débarque du Losc fin août. Certains vont même jusqu’à émettre des doutes sur la nature de son transfert dans l’ombre d’un Gérard Lopez, nouveau propriétaire et président des Marine et Blanc. Des doutes déjà presque levés aujourd’hui autour du joueur originaire de Yaoundé. Alors qui est cet inconnu, bonne surprise du début de saison des Girondins ?

Une histoire africaine

Jean Emile Junior Onana, c’est tout d’abord une très belle histoire depuis ce jour où le beau-frère de Blaise Nkufo l’a repéré à l’âge de 16 ans lors d’un match dans son quartier de la Cité Verte : « Junior est issu d’une famille très modeste comme beaucoup d’Africains. Il a été éduqué par sa maman [il a eu la douleur de perdre son papa dans sa jeunesse]. Au départ, cela n’a pas été évident. Il fallait lui donner un cadre », explique l’ancien international suisse. Il l’intègre alors à son académie, fondée en 2013. Le néo-Bordelais y restera trois ans pour apprendre « la notion du travail » dixit Nkufo. Mais comme beaucoup de jeunes apprentis footballeurs africains, le rêve est de réussir à rejoindre l’Europe.

Junior Onana (à gauche) lors de son passage à l'académie Nkufo au Cameroun.
Junior Onana (à gauche) lors de son passage à l'académie Nkufo au Cameroun. - Académie Nkufo

Onana fait des essais en Estonie, en Norvège et enfin au Portugal. « Quand on l’a fait venir, personne ne le connaissait comme la plupart des joueurs que j’ai. Mais j’avais confiance en lui car je savais de quoi il était capable. Il était déjà très athlétique avec un très bon niveau technique. Il a toujours eu les deux pieds même s’il est droitier au départ », rappelle l’ex-attaquant de la Nati. Son protégé finit par attirer l’œil de Leixoes, club de deuxième division situé à Matosinhos, près de Porto. C’est le premier grand virage dans sa carrière. Après une saison avec les U23 du club portugais et une seule apparition avec l’équipe pro, il est repéré par les équipes d’Admar Lopes, ancien bras droit de Luis Campos au Losc et désormais directeur technique des Girondins de Bordeaux. Le joueur file dans le Nord-Pas-de-Calais en janvier 2020.

Un pur produit du système Lopez

Malheureusement pour lui entre une équipe qui tourne à plein régime avec beaucoup de concurrence au milieu de terrain (André, Soumaré, Xeka, Renato Sanches) et un championnat arrêté fin mars en raison de l’épidémie de Covid-19, il ne joue pas. Junior Onana va alors profiter du « système » Gérard Lopez. Six mois après son arrivée en France, il prend la direction Mouscron, club satellite de l’homme d’affaires luxembourgeois. « Je pense que c’était une très bonne décision d’y aller et il a facilement accepté ce prêt, affirme Blaise Nkufo. Il est primordial pour un jeune joueur de jouer. Là-bas, il a acquis beaucoup d’expérience. » Olivier Defranne, supporteur du club belge et responsable de la page Facebook Excel News, se souvient : « Il est arrivé avec une douzaine de joueurs de Lille cet été-là (13 précisément) et il faisait partie des deux/trois joueurs au-dessus avec le gardien Hervé Koffi. Il a vraiment un beau potentiel avec un volume physique important. Il avait un gros abattage et même s’il a joué aussi en défense avec nous, je pense que son meilleur poste c’est 8 (milieu relayeur). »

Jean Onana sous le maillot de Mouscron (Belgique) la saison dernière.
Jean Onana sous le maillot de Mouscron (Belgique) la saison dernière. - Shutterstock/SIPA

Une saison qui aurait pu (dû) enfin lui ouvrir les portes du Losc à l’intersaison. Mais la nouvelle direction emmenée par Olivier Létang en décide autrement, malgré son profil parfait pour remplacer Boubakary Soumaré, parti à Leicester. « Il a fait son retour à Lille avec une blessure musculaire et du coup, il a fait la présaison à part. Dès qu’il a été prêt, ils ont décidé de ne pas parier sur lui et d’acheter d’autres joueurs. Je pense que si Galtier était resté, il serait aussi resté », laisse aujourd’hui entendre l’un des proches du Camerounais. Le Genoa (Italie), Hanovre (Allemagne) ou encore l’Espagnol Barcelone (Espagne) s’intéressent à lui cet été mais finalement, il décide de suivre Admar Lopes à Bordeaux. Sûrement pour « rendre la confiance qu’on lui accorde depuis deux ans », précise Blaise Nkufo.

La tête va devoir suivre les jambes

Pour franchir (encore) un cap sous le maillot bordelais cette saison, Olivier Defranne pointe la faiblesse du garçon : « Il va vite devoir apprendre à se canaliser car chez nous il a reçu pas mal de cartes ! ». Comprenez cartons jaunes (6) et rouge (1). A Bordeaux, Junior Onana en est déjà à deux jaunes en deux matchs. Mais peut-on lui reprocher ? Son jeu très physique fait un bien fou à une équipe girondine qui en manquait cruellement ces dernières saisons. Techniquement, le jeune milieu de terrain de 21 ans est en plus loin d’être maladroit à l’image de son égalisation de l’extérieur du droit face à Lens ou de son ouverture du gauche sur le premier but bordelais à Saint-Etienne. Joueur box-to-box, Junior Onana a l’air d’avoir le profil parfait pour « exploser » en Ligue 1 selon Olivier Defranne.

« Je ne suis pas surpris par son niveau car je le connaissais un peu, savoure Vladimir Petkovic le coach des Girondins, il apporte déjà beaucoup à l’équipe mais je pense qu’il a encore une marge de progression importante. » Reste maintenant à « garder la tête froide et les pieds sur terre, insiste Blaise Nkufo. C’est vraiment l’équation du moment » ! La réponse devrait vite arriver…