PSG-Leipzig : Paris sauve pour l'instant sa peau en C1 en gagnant moche (mais alors vraiment très moche)

FOOTBALL Les Parisiens ont montré un visage abominable mardi soir malgré le succès (1-0) contre les Allemands de Leipzig

Aymeric Le Gall

— 

Ligue des Champions: Le débrief express de PSG-Leipzig — 20 Minutes

Au Parc des Princes,

Le PSG a assuré l’essentiel mardi soir en reprenant la deuxième place du groupe H à Leipzig, mais bon sang que ce succès 1-0 face aux Allemands fut poussif, pour ne pas dire volé. Dominés de A à Z, les hommes de Thomas Tuchel peuvent s’estimer heureux d’être sortis vainqueur de cette mini-finale de groupe.

Une ode au vide. Paris, où l’art du contre-pied. Auteurs d’une première période de grande qualité au match aller, les hommes de Thomas Tuchel ont mis un point d’honneur à ne strictement rien montrer mardi soir pour ce match que le coach parisien qualifiait de « finale » contre Leipzig. Brouillons de bout en bout de la première période, les Parisiens ont passé la plupart du temps retranché devant leur but à prier pour que Navas ou la chance passent par là pour ne pas encaisser de but. En espérant secrètement qu’un long ballon suffirait à au trio Neymar-Mbappé-Di Maria pour faire la diff’ devant. Sait-on jamais, sur un malentendu.

Neymar, buteur insupportable. Un malentendu, le mot ne pouvait être mieux choisi. C’est en effet sur un penalty extrêmement généreux accordé par l’arbitre – Sabitzer effleurant à peine Di Maria à l’entrée de la surface – que Neymar a ouvert le score en tout début de match (11e). Tout juste de retour de blessure, le Brésilien n’a pas réussi un retour phénoménal (le mot est faible) mais c’était peut-être le seul Parisien mardi soir à avoir un mot d’excuse. Difficile en revanche de ne pas s’arracher les cheveux et le cuir qui va avec en le voyant essayer de tout faire tout seul sans JAMAIS jouer avec ses potes. Franchement à en perdre patience...

Tuchel s’offre (un peu) de répit. L’Allemand peut souffler. Nous aussi remarquez, mais c’est plus pour remercier l’arbitre d’avoir mis fin à nos souffrances après 90 minutes parisiennes indignes du niveau de cette équipe. Avec cette victoire, l’entraîneur allemand a probablement sauvé sa place sur le banc parisien, même si lui et ses joueurs ne manqueront pas de devoir rendre des comptes après la rencontre. Qu’importe nous diront-ils, le PSG est en vie en Ligue des champions et ce succès lui permet même d’avoir son destin en main en vue de la qualif en 8es de finale. Un petit miracle.