PSG-Rennes : Et quatre qui font douze… Mais comment c’est possible d’avoir autant de blessés à Paris ?

FOOTBALL Quatre joueurs ont encore dû sortir en cours de match samedi pour des pépins physiques

Nicolas Camus

— 

Gueye sort sur blessure lors de PSG-Rennes, le 7 novembre 2020 au Parc des Princes.
Gueye sort sur blessure lors de PSG-Rennes, le 7 novembre 2020 au Parc des Princes. — FRANCK FIFE / AFP
  • Le PSG s’est imposé 3-0 contre Rennes samedi soir au Parc des Princes.
  • Déjà privé de huit joueurs pour cette rencontre, Thomas Tuchel a dû composer avec quatre nouvelles blessures en cours de match.
  • Cette saison est décidément très compliquée pour le coach parisien, qui doit sans cesse bricoler dans un calendrier très chargé.

Au Parc des Princes,

Il va bientôt falloir envisager des travaux au centre d’entraînement du PSG. L’infirmerie devient trop étroite pour accueillir tous les joueurs tombés au champ d’honneur. Déjà impressionnante avant le match contre Rennes (Neymar, Mbappé, Icardi, Sarabia, Draxler, Verratti, Bernat, Kimpembe), la liste des blessés s’est encore allongée samedi soir avec les sorties de Gueye, Kehrer, Florenzi et Kean en cours de match. Il y a quelqu’un quelque part qui doit bien s’amuser avec des poupées vaudoues et des aiguilles.

Après la rencontre, on a senti Thomas Tuchel entre le rire et les larmes au moment d’évoquer ces nouveaux coups durs. « C’était déjà dur de trouver 11 titulaires, il y a des joueurs qu’on a trop utilisés. Ander [Herrera] il était déjà mort avant le match, maintenant il est vraiment mort dans le vestiaire, a-t-il raconté. C’est exceptionnel ce qu’il a fait ce soir [samedi]. Leandro Paredes aussi, il n’aurait pas dû jouer autant. Mais on est obligés de prendre des risques. »

En ce moment, le coach allemand jongle entre des parties de Docteur Maboul et des casse-tête chinois. Entre les absents et ceux qu’il faut ménager parce qu’ils reviennent tout juste ou qu’ils ont trop enchaîné, ça ne fait plus beaucoup de joueurs vraiment aptes pour le service. « On a des joueurs qui doivent entrer dans l’équipe sans avoir pu s’entraîner avec le groupe avant, peste TT. C’est très, très difficile. »

Dans ce contexte, la victoire 3-0 contre le 3e du championnat et petite bête noire du club (trois victoires au Parc ces dernières années, plus la victoire en Coupe de France) a forcément ravi l’entraîneur. « Je suis très satisfait, très fier, a-t-il dit. Les gars qui ont joué ont été incroyables, honnêtement. C’est l’une des plus belles victoires pour moi depuis mon arrivée ici, pour l’état d’esprit et la mentalité. »

Ça ira mieux après la trêve, vraiment ?

Mais le bricolage ne fonctionnera pas à chaque fois. Et la trêve qui arrive inquiète l’entraîneur parisien plus qu’elle ne lui promet une bouffée d’oxygène. La majorité de son effectif va partir en sélection, dont Neymar et Mbappé​, qu’il aurait aimé garder auprès de lui. « Je ne sais pas comment ils vont revenir. La fois dernière, il y a eu des blessés encore. Ça fait beaucoup de voyages, il y a le coronavirus, c’est compliqué cette saison. » Les deux stars parisiennes, s’il ne leur arrive rien, devraient normalement être là contre Monaco après la coupure. Verratti, Draxler et Icardi aussi.

Tout le monde savait que cette saison serait particulièrement douloureuse pour les organismes. Les Parisiens n’ont pas eu de préparation après la finale de la Ligue des champions, et la phase de poule de la Ligue des champions est ramassée en huit semaines car elle a démarré plus tard. « On essaie de faire du mieux possible, a défendu Angel Di Maria au micro de Canal. On ne peut pas faire comme si de rien n’était, on n’a pas eu de présaison, pas eu de temps de travailler. »

Mais quand même, n’y a-t-il pas un problème de fond à Paris, qui a été aussi beaucoup touché ces deux dernières années par les pépins physiques ? Pas selon Thomas Tuchel :

On vient de faire huit matchs en 22 jours, ça veut dire qu’on ne fait pas d’entraînements. Tout simplement. Le planning d’entraînement est très facile, parce qu’on ne fait rien. Seulement récupérer, récupérer, récupérer… On joue toujours à 21h00, donc deux jours pour récupérer quand on est à l’extérieur, le temps de revenir. C’est comme ça. Pendant la trêve, les joueurs vont voyager et revenir dans des états de forme différents et on va jouer le vendredi à Monaco. Quelques joueurs vont même revenir le jeudi, après avoir joué deux ou trois matchs. Voilà l’explication. »

C’est sûr, dit comme ça… Il n’empêche que d’autres grands clubs européens sont soumis au même rythme et, s’ils déplorent quelques blessés à droite à gauche, ils ne subissent pas la même hécatombe. La difficulté mentale de se remettre de la défaite en finale de la C1 sans avoir pu couper tient peut-être une grande part là-dedans. C’était le sens de la sortie de Kylian Mbappé la semaine dernière sur le site du club.

La saison ne fait (presque) que commencer

« Normalement, après la finale de la Ligue des champions, tu as des vacances, où une compétition en équipe nationale et ensuite des vacances. Mais quoi qu’il arrive, tu coupes avec le football, tu recharges les batteries pour être efficace et bien te préparer pour une nouvelle saison, avait-il expliqué. Là, il a fallu rejouer tout de suite. Ce n’est pas évident à gérer. »

Le retour de bâton est sévère en tout cas pour les Parisiens. Espérons au moins pour eux que ceux qui sont sur le flanc en profitent vraiment pour « couper et recharger les batteries », comme dit Kyky. « On a un groupe fantastique, assure le VRP Herrera. Tout le monde veut aider et personne ne va lâcher. » C’est que la saison ne fait (presque) que commencer, après tout.