PSG-OM : Tuchel félicite ses joueurs, Leonardo allume l’arbitre… Retour sur la « disaster-class » de communication du PSG

FOOTBALL Les deux hommes ont chacun tenu des propos bien étranges pour expliquer le pourquoi de cette sale soirée parisienne 

Aymeric Le Gall

— 

Leonardo et Tuchel ont mal digéré la défaite du PSG contre l'OM dimanche soir.
Leonardo et Tuchel ont mal digéré la défaite du PSG contre l'OM dimanche soir. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Il y a des soirs comme ça où il vaut mieux se faire tout petit. Pourtant, après le triste spectacle offert par le Paris Saint-Germain dimanche soir face à l’OM, tant d’un point de vue sportif que comportemental, Leonardo s’est précipité au micro de la chaîne Téléfoot pour dire tout le mal qu’il pensait de l’arbitrage du soir.

« L’arbitre a été malheureusement complètement hors de contrôle. Il a perdu la tranquillité dès le début du match. Je ne comprends pas pourquoi pour un match comme ça, tu n’as pas Turpin ou Buquet [comme arbitre]. Pourquoi ? Pourquoi on va choisir un arbitre de 34 ans qui n’a fait qu’un match en Ligue Europa et une finale de Coupe de la Ligue, la nôtre il y a deux mois, et qui n’a pas l’expérience pour un match comme ça ? », s’est demandé le directeur sportif du PSG, pointant du doigt l’inexpérience de Jérôme Brisard.

Leonardo en fait-il trop ?

Disons les choses, on n’a clairement pas assisté à une performance arbitrale irréprochable dimanche soir et bon nombre de décisions nous ont laissées perplexes : le but de Thauvin accordé alors que le Marseillais semblait bel et bien hors-jeu, le but de Benedetto refusé pour un hors-jeu inexistant du même FloTov, des cartons distribués quand il aurait sûrement fallu s’abstenir et d’autres qui auraient dû sortir et qui ne l’ont pas été. Bref, ce n’était ni le soir de Jérôme Brisard ni celui de la VAR.

Mais au vu de la performance globale des joueurs du Paris Saint-Germain, qui sont sortis de leur match tous seuls comme des grands, on aurait tendance à penser qu’un peu de discrétion de la part de Leonardo après la rencontre n’aurait fait de mal à personne. Et si les arbitres ont effectivement pris des décisions litigieuses par moments, on l’a dit, il faut aussi admettre à leur décharge que le comportement exécrable des joueurs en fin de rencontre aurait rendu la tâche difficile à n’importe lesquels de leurs confrères, aussi expérimentés soient-ils. D’habitude si habile d’un point de vue de la communication, Leonardo semble donc s’être trompé d’ennemi dimanche au moment de faire le bilan de ce piètre Classique du championnat.

Pour Tuchel, le PSG « a fait un grand match »

Problème pour l’image du PSG, il ne fut pas le seul à tenir un discours pour le moins surprenant. Dans son style, Thomas Tuchel​ a lui aussi fait s’écarquiller quelques yeux quand, dans l’auditorium du Parc des Princes, et alors que la baston générale de fin de match était encore dans tous les esprits, celui-ci a encensé la performance de ses joueurs.

« Je ne suis pas en colère. Selon moi, il faut séparer performance et résultat. […] On a fait un grand match, je suis content de la qualité, de la mentalité (sic) et des efforts, a-t-il déclaré. J’ai dit aux joueurs que si l’on continuait à jouer comme ça, on gagnerait tous les matchs (…) Offensivement, on manque un peu de chance mais les statistiques du match sont exceptionnelles. C’était une grande performance mais le résultat est ce qu’il est, C’est de la malchance, c’est clair ».

Avec des joueurs en manque de forme (Neymar et Di Maria), un autre qui vient tout juste d’arriver au club (Florenzi) et une équipe encore en rodage, le PSG a effectivement livré une première demi-heure de qualité – même si les occasions se sont faites rares – et les Marseillais peuvent remercier Mandanda, auteur de deux précieux sauvetages en début de seconde période. Il n’empêche, la copie globale rendue par les Parisiens n’a pas non plus eu de quoi faire grimper au rideau les rares supporters présents au Parc dimanche. Non, décidément, il n’y avait rien qui allait dimanche soir.