Coronavirus : La LFP veut agrandir la jauge des 5.000 spectateurs et assouplir le protocole sanitaire

FOOTBALL Invité des matinales de radio ce lundi, Didier Quillot, le directeur général de l'instance, a parlé Ligue des champions mais aussi et surtout coronavirus

N.C.

— 

L'entrée des joueurs dans une Allianz Riviera vide, lors de Nice-Lens, le 23 août 2020.
L'entrée des joueurs dans une Allianz Riviera vide, lors de Nice-Lens, le 23 août 2020. — Lionel Urman/SIPA

Didier Quillot, le directeur général de la Ligue de football professionnel, a fait le tour des radios ce lundi matin. Pour parler Ligue des champions, bien sûr, et fierté d’avoir vu deux clubs français atteindre les demi-finales. Mais aussi pour évoquer la saison de Ligue 1 face à la recrudescence des cas positifs au Covid-19 dans les effectifs. La première journée, ce week-end, a été marquée par le report du match d’ouverture entre l’OM et Saint-Etienne.

De nombreuses voix, parmi les entraîneurs et dirigeants, se sont élevées pour critiquer le protocole sanitaire mis en place par la LFP, trop drastique selon eux. On vous en avait longuement parlé dans un article, vendredi. Didier Quillot a déclaré sur RTL qu’il était conscient que ce protocole pouvait entraver la bonne tenue des championnats de Ligue 1 et Ligue 2 et que la Ligue était en train de plancher sur son assouplissement.

« On veut un assouplissement »

« On a mis en place un protocole médical dans les clubs. […] Je pense qu’il doit être revisité, a estimé le dirigeant. Nous avons commencé à en parler avec les pouvoirs publics ces jours derniers. S’il y a des reports de matchs, notre calendrier est en difficulté. Notre objectif absolu est de jouer les 380 matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 cette saison. On veut un assouplissement, quelque chose qui s’inspire du protocole de l’UEFA mis en place pour le Final 8 de la Ligue des champions. »

L’instance européenne avait, pour la phase finale de C1, des règles beaucoup plus laxistes. Il suffisait qu’il reste 13 joueurs négatifs au Covid-19 pour que le match puisse se disputer, l’objectif étant bien sûr de jouer coûte que coûte, quitte à mettre la réserve.

« Une jauge de 5.000 dans un stade de 60.000, c’est ridicule »

Didier Quillot a également évoqué la jauge de 5.000 spectateurs dans les stades actuellement en vigueur. Quand les préfets ne décrètent pas un huis clos pur et simple, comme c’était le cas à Nice dimanche. La LFP souhaiterait que les préfets obtiennent des dérogations plutôt dans l’autre sens.

« Nous souhaitons accueillir plus de 5.000 personnes dans les stades. Nous sommes capables de le faire, a-t-il déclaré, cette fois sur France Info. Je souhaite, comme l’ensemble de nos clubs, que nous puissions avoir des dérogations. C’est une décision au cas par cas. Il n’y a pas de limite à la hausse, je pense qu’une jauge de 5.000 dans un stade de 60.000, c’est ridicule. Mais il faut faire preuve de responsabilité. » Tout est dans cette dernière phrase.