France-Moldavie : Les Bleus peuvent-ils sérieusement se passer d'Olivier Giroud à l'Euro 2020 ? (spoiler alert: NON)

FOOTBALL Très actif jeudi soir, Olivier Giroud a grandement contribué au succès des Bleus contre la Moldavie

Aymeric Le Gall

— 

Olivier Giroud a délivré les Bleus sur péno face à la Moldavie.
Olivier Giroud a délivré les Bleus sur péno face à la Moldavie. — FRANCK FIFE / AFP
  • Dans un match très compliqué face à la Moldavie, Olivier Giroud a été l'un des grands artisans de la victoire jeudi au Stade de France. 
  • Le joueur de Chelsea n'est plus qu'à deux longueurs de Michel Platini dans la liste des meilleurs buteurs de l'histoire des Bleus. 
  • Malgré une situation très délicate à Chelsea, le Français semble indispensable à l'équipe de France aux yeux de Didier Deschamps. A raison, visiblement. 

Au Stade de France,

Vous savez quoi, on va couper court au débat dès le début, ça évitera à tout le monde de perdre son temps : Olivier Giroud fera bel et bien partie de la liste des 23 joueurs que Didier Deschamps emmènera dans ses valises pour l’ Euro l’été prochain. Oh, il a bien tenté de nous faire croire que les jours de son petit protégé étaient comptés en équipe de France, mais personne n’y a vraiment cru. Et est-ce vraiment une mauvaise chose finalement ? On peut légitimement se poser la question au regard du match qu’a fourni Giroud face à la Moldavie jeudi soir.

S’il a manqué quelques occases face aux buts, l’ancien attaquant montpelliérain s’en est tout de même procuré une bonne demi-douzaine, et c’est bien lui qui par deux fois a débloqué la situation dans un match pourtant très mal embarqué. Sur l’égalisation française, il ne plante pas, mais il est là en filou pour gêner le gardien moldave dans sa sortie et permettre à Varane de pousser le ballon dans le but vide. C’est lui, enfin, qui se charge de taper le péno victorieux dans le dernier quart d’heure.

Ce n’était peut-être qu’un péno, mais il fallait le mettre. Surtout, il fallait s’imposer et prendre le ballon avec autorité alors que Griezmann et Mbappé y seraient bien allés à sa place. Quand on a demandé au Barcelonais s’ils s’étaient concertés, Grizou a été clair : « Non, il était en confiance, il a pris le ballon et il l’a mis au fond. » « J’avais à cœur de le tirer. J’ai beaucoup tenté dans ce match, j’étais désireux de marquer », confirmait un peu plus tôt le buteur au micro de M6 après la rencontre.

Quand les chiffres parlent, les rageux se taisent

En bleu, qu’on le veuille ou non, Giroud est un homme qui pèse. A l’arrivée, sans lui, qui sait si la France serait qualifiée à l’heure qu’il est là pour le prochain Euro. Ça vous fait marrer ? Ce sont pourtant les faits qui le disent. Buteur lors des trois derniers matchs de l’équipe de France, en Islande (0-1), face à la Turquie (1-1), et la Moldavie (2-1), l’employé mystère de Chelsea vient d’offrir (presque) à lui tout seul sept points à son équipe en qualifs.

Il reste d’ailleurs sur sept buts lors de ses dix derniers matchs en bleu. Mieux, Giroud est tout simplement le meilleur scoreur tricolore en 2019. Alors, on la ramène moins hein ! « Regardez son ratio buts/match avec nous, rappelait à juste titre Didier Deschamps, lundi à Clairefontaine. Il n’y en a plus beaucoup devant lui aujourd’hui parmi les meilleurs buteurs français. »

A la question « Olivier Giroud est-il indispensable à l’équipe de France ? », le sélectionneur à sa petite idée. « Indispensable ou pas, en tout cas il est très utile et efficace, a-t-il malicieusement lâché. Il l’a été sur le dernier stage et là son but ne nous donne pas la qualification, parce qu’on l’avait, mais on prend la première place. Au-delà de son efficacité, même s’il a eu des périodes où il a moins marqué, il permet aussi aux joueurs autour de lui d’avoir des occasions et de marquer. Ce qui explique aussi pourquoi il reste avec nous malgré son temps de jeu à Chelsea. »

Départ programmé au prochain mercato

C’est vrai qu’il reste quand même ça. Transféré à Stamford Bridge pour retrouver du temps de jeu après avoir été placardisé chez les Gunners par Unai Emery, Giroud n’a jamais vraiment réussi son pari. Cette saison, avec le nouveau coach Frank Lampard qui lui préfère la jeune gâchette Tammy Abraham, le Français passerait presque pour un emploi fictif du côté de Chelsea. Sur le papier, les chiffres donnent carrément le vertige. Entre les deux derniers rassemblements en sélection, Giroud n’a joué respectivement que 18 et 20 minutes avec son club. Peanuts…

« Evidemment que la situation est bien trop inconfortable pour Olivier, par rapport à ses objectifs personnels et l’équipe de France, admettait Deschamps récemment. Il le sait bien… pour le mois de mars [date du prochain rassemblement], j’espère que sa situation en club sera meilleure. Moi je ne le conseille pas mais je lui dis ce qui est le mieux pour lui. » Ce qui revient sensiblement au même. Le message – public, pour une fois – de Deschamps, couplé à la volonté du joueur de retrouver de l’importance en club, devrait logiquement le pousser à changer d’air lors du prochain mercato hivernal.

Il pourra alors légitimement prétendre à porter le maillot bleu pour un petit moment encore. N’oublions pas que dans sa tête, la calculatrice fonctionne à fond. Avec son but contre la Moldavie, son 39e sous le maillot tricolore, voilà Giroud à seulement deux longueurs de Michel Platini (41), deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus derrière Thierry Henry (51). D’ailleurs, qu’il y parvienne ou non d’ici l’Euro, ça ne change rien au schmilblick, Giroud est trop précieux aux yeux de DD pour se voir laisser sur le tarmac en juin prochain.