France-Turquie : Tenus en échec dans une ambiance électrique, les Bleus ne sont pas encore à l’Euro

FOOTBALL Les Turcs ont arraché le match nul devant leurs supporters venus en très grand nombre au Stade de France

Nicolas Camus

— 

La France et la Turquie ont fait match nul 1-1 au Stade de France, le 14 octobre 2019.
La France et la Turquie ont fait match nul 1-1 au Stade de France, le 14 octobre 2019. — Alain JOCARD / AFP

De notre envoyé spécial au Stade de France,

Dans une ambiance électrique, l’équipe de France a été tenue en échec par la Turquie, lundi soir, au Stade de France. Elle devra attendre le mois prochain pour assurer sa qualification pour l’ Euro 2020.

L’Euro, ce n’est pas encore pour maintenant

Au-delà de l’ambiance, dont on reparlera, l’enjeu de la soirée était d’entériner la qualif’et passer novembre au chaud. C’est raté. Comme l’Islande s’est imposée contre Andorre, seule une victoire pouvait faire l’affaire. Ce n’est pas si grave, a priori, parce qu’on ne voit pas bien ce qu’il pourrait arriver aux Bleus face à la Moldavie, dans un mois tout pile, à domicile. Mais on pourra regretter de ne pas avoir su battre ces Turcs après la leçon infligée lors de la première manche. C’est aussi ça, le statut de champion du monde.

Giroud presque sauveur

Ça aurait pu être, encore, la soirée de Giroud. Remplaçant au coup d’envoi, l’homme qui va bientôt dépasser Platini au Panthéon des buteurs français n’a mis que trois minutes à mettre tout le monde d’accord (76e). Dommage pour lui, Ayhan a égalisé dans la foulée (80e). Mais en vrai, les Turcs n’auraient jamais dû être encore dans le match à la mi-temps. Les Bleus ont eu quatre énormes situations en première période, gâchées par le pied gauche de Sissoko ou le gardien Günok. Le contenu global a tout de même été solide, quand on pense que Mbappé, Pogba et Kanté n’étaient pas là.

Une super ambiance, finalement

Mais quel vacarme ! Tout le monde craignait des débordements, avant ou pendant le match, en raison du contexte géopolitique tendu dû à l’offensive de l’armée turque contre les Kurdes en Syrie, condamnée par de nombreux pays dont la France. Si l’ambiance s’est durcie sur la fin, avec l’apparition d’une banderole pro-kurde qui a électrisé le stade, tout s’est globalement bien passé et on en a pris plein les oreilles. Les quelque 30.000 supporters turcs présents ont dansé, chanté et respecté La Marseillaise, l’applaudissant même. Leurs sifflets sur chaque action des Bleus faisaient, eux, partie du folklore. En face, les Irrésistibles Français n’ont jamais lâché pour tenter de se faire entendre aussi. Une vraie belle ambiance de gros match comme on les aime.