Real Madrid : Zidane a vu face à Bruges « les pires 45 premières minutes depuis [qu’il est] entraîneur »

FOOTBALL Les Madrilènes ont joué complètement à l'envers lors de la première période mardi soir, encaissant deux buts en contre

N.C.

— 

Zinédine Zidane n'a pas vraiment aimé le match du Real Madrid face à Bruges (2-2) en Ligue des champions, le 1er octobre 2019.
Zinédine Zidane n'a pas vraiment aimé le match du Real Madrid face à Bruges (2-2) en Ligue des champions, le 1er octobre 2019. — Manu Fernandez/AP/SIPA

Au moins, ils ont évité l’humiliation d’une défaite. Menés 2-0 après une première période désastreuse, les joueurs du Real Madrid, complètement déboussolés et inquiétants, ont arraché le match nul face à Bruges, mardi soir. Un moindre mal pour Zinédine Zidane, qui a eu toutes les difficultés du monde à mettre des mots sur ce qu’il a vu à Santiago Bernabeu.

« Je crois que ce sont les pires quarante-cinq premières minutes de mon équipe depuis que je suis entraîneur, a-t-il attaqué. Ce n’est pas une question d’envie, je pense, c’est juste qu’on n’est pas rentrés dans le match concentrés comme il fallait. Il suffit d’un but, d’une action pour l’équipe adverse, après c’est fini : les mecs ils arrivent ici et ils ne lâchent rien. Et après c’est compliqué pour revenir. »

« Deux buts risibles »

Pour ajouter au ridicule de la situation, les deux buts belges auraient eu leur place dans vidéo gag. Le Nigérian Emmanuel Dennis a d’abord marqué d’un étrange double-contact apparemment involontaire alors que le gardien merengue Thibaut Courtois avait piteusement glissé (9e), puis il a profité d’u ballon anodin perdu par Modric dans le rond central pour aller tromper Courtois de près (39e), après avoir manqué de trébucher au moment de sa frappe…

« Deux buts risibles », pour Zizou. Enfin, s’il avait eu envie de rigoler. « Ils sont partis deux fois [dans l’espace] et ils ont mis deux buts. Qu’est-ce qu’ils ont fait de plus ? Rien. Ils n’ont absolument rien fait, a-t-il ajouté, dépité. Mais il y a eu une réaction, ce n’était facile et elle a été bonne, c’est sur ça qu’il faut s’appuyer. »

Le coach français sait que sa situation est précaire, après un début de saison en dents de scie. Son équipe a intérêt à commencer à jouer dès le coup d’envoi, samedi, face à Grenade, sinon Florentino Perez va vraiment commencer à perdre patience.