VIDEO. Vente d’alcool dans les stades: «Il n’y a pas lieu de revenir sur la loi Evin!», la ministre des Sports s’y oppose comme Buzyn

FOOTBALL Elle ne veut même pas discuter de la proposition de loi voulant «assouplir» la loi Evin

Clément Carpentier

— 

Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, à l'Elysées le 14 novembre 2018.
Roxana Maracineanu, la ministre des Sports, à l'Elysées le 14 novembre 2018. — Jacques Witt/SIPA
  • Des députés ont fait une proposition de loi afin de revoir la loi Evin et son application dans les stades.
  • Après la ministre des Solidarités et de la Santé, c’est celle des Sports qui s’y oppose fermement.
  • Aujourd’hui, de nombreux clubs trouvent des parades pour contourner cette loi qui interdit la vente d’alcool dans les enceintes sportives.

Une bonne bière bien fraîche en cette période estivale (mais pas plus), alors que vous passez 90 minutes assis sur votre siège en plein soleil dans un bon vieux stade de Ligue 1 ? Aujourd’hui, c’est impossible car interdit depuis 1991 et la loi Evin.

Pourtant, le débat sur la consommation d’alcool dans nos stades revient régulièrement sur le devant de la scène à l’image de ces dernières semaines. Avec la reprise du championnat le week-end dernier mais surtout avec la proposition de loi de plusieurs dizaines de députés (dont 70 issus de la majorité). Ils souhaitent « assouplir, de manière encadrée, l’application de la loi Evin dans les stades en étendant l’octroi d’autorisations temporaires de vente d’alcool aux sociétés sportives ». Aujourd’hui, les clubs en effet le droit à 10 dérogations auprès de la préfecture ou de la mairie sur la saison.

Buzyn-Maracineanu, main dans la main

Depuis cette proposition soutenue bien sûr par de nombreux supporters notamment de football fait réagir. La première à prendre la parole a été, Agnès Buzyn, dès vendredi sur Twitter. La ministre des Solidarités et de la Santé s’oppose fermement à une extension de ce retour de l’alcool dans les stades : « L’alcool tue 41.000 personnes chaque année dans notre pays. La ferveur n’a pas besoin d’alcool pour s’exprimer dans nos stades. »

Mais la première des personnes concernées par le sujet est sûrement la ministre des Sports. En visite à Lacanau pour sa compétition de surf, Roxana Maracineanu confie à 20 Minutes qu’elle ne compte pas revenir dessus :

« Je pense que quand on a interdit l’alcool dans les stades, il y avait des raisons et ces raisons-là, elles n’ont pas disparu du jour au lendemain. Ma position est clairement la même que celle de Mme Buzin. On ne peut pas associer un événement sportif avec de la communication que ce soit pour le tabac ou l’alcool. Ce serait vraiment contre-productif. »

Et pour être tout à fait clair, la ministre ne veut même pas en discuter : « Il n’y a pas lieu de revenir sur la loi Evin ! »

Beaucoup de clubs arrivent à contourner la loi

Autant dire que la proposition de ces députés ne risque pas d’aller beaucoup plus loin. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils dénoncent l’hypocrisie de la situation actuelle car aujourd’hui beaucoup de clubs détournent cette loi. Tout d’abord, les dirigeants ont droit à 10 dérogations par an. Ensuite, l’alcool coule à flots dans les loges VIP alors qu’il est interdit pour le grand public. Enfin, il existe des techniques pour contourner la loi comme l’explique Le Parisien.