Ligue 1: Sollicité par Saint-Etienne et Rennes, Jonas Martin est «bien à Strasbourg»

FOOTBALL Le milieu de terrain strasbourgeois a été approché par Saint-Etienne et Rennes. Mais pour l'instant, il se dit «bien» en Alsace où il pourrait prolonger son aventure

Thibaut Gagnepain

— 

Jonas Martin n'est plus lié que pour un anavec le RC Strasbourg. Jusqu'en juin 2020.
Jonas Martin n'est plus lié que pour un anavec le RC Strasbourg. Jusqu'en juin 2020. — T. Gagnepain / 20 Minutes
  • A Strasbourg, Jonas Martin est unanimement respecté. Il est même parfois capitaine de l'équipe et possède les clés du jeu.
  • Il plaît à d'autres équipes européennes de Ligue 1. Saint-Etienne et Rennes lui ont fait des offres. Il a entamé des négociations avec Strasbourg pour prolonger son contrat, qui s'étire pour l'instant jusqu'en juin 2020.
  • « Les discussions ont bien avancées, j'ai rencontré le président [Marc Keller], le staff. On est sur la même longueur d'ondes », assure-t-il.

« Salut Big Boss ! » Au RC Strasbourg, Jonas Martin est un des patrons du vestiaire. Lebo Mothiba l’a encore confirmé lundi en venant saluer son partenaire. Le milieu de terrain défensif débute sa troisième saison en Alsace et semble unanimement respecté. Une seule preuve ? En l’absence de Stefan Mitrovic (suspendu), il était capitaine jeudi dernier contre le Maccabi Haïfa, au deuxième tour préliminaire de la Ligue Europa.

L’ancien Montpelliérain (2004-2016) a rayonné lors de ce match aller victorieux (3-1). Avec un but et surtout une influence permanente. Il harangue, replace, dicte le jeu comme peu de joueurs sont capables de le faire en Ligue 1. Cela n’est pas passé inaperçu… Rennes, qui a perdu Benjamin André (Lille), et Saint-Etienne, qui cherche un milieu pour jouer au côté de Yann M'Vila, l’ont déjà approché cet été. Ce n’est pas une rumeur.

« Je suis bien ici »

« Oui, j’ai deux projets sous les yeux, dont un du Racing », confirme Jonas Martin, sans en dire davantage. Et avant de vite afficher son attachement au club alsacien. « Je suis bien ici. Il y a des équipes avec qui je n’aurais pas discuté mais là, mon agent a écouté les offres car les clubs étaient qualifiés pour la Ligue Europa. Mais je le répète : je suis bien ici, je crois au projet. Si je voulais partir, je n’afficherais pas cet état d’esprit. »

Le natif de Besançon a même entamé des négociations pour prolonger son bail, qui s’étire pour l’instant jusqu’en juin 2020. « Les discussions ont bien avancé, j’ai rencontré le président [Marc Keller], le staff. On est sur la même longueur d’onde », assure-t-il. De là à officialiser rapidement son nouveau contrat ? « On n’est pas pressé ! Il fait beau, on profite », élude le milieu de terrain, de nouveau « au top physiquement ».

« Le club a confiance en moi, je me dois de le lui rendre »

Victime d’une fissure osseuse de la cheville gauche en janvier dernier, il n’était revenu que fin avril pour trois petites rencontres. Avant de redéclarer forfait pour la fin de saison. Tous ces soucis sont aujourd’hui loin. « Ces trois matchs, c’était plus pour me plaisir, avoue l’ex du Bétis Séville (2016-2017). Je me voilais la face mais même aux entraînements, je sentais que je n’étais pas à 100 %. Là, après une prépa complète, je sens la différence. »

Le RC Strasbourg, bien plus solide avec Jonas Martin que sans, aussi. « J’ai des responsabilités ici. Le club a confiance en moi, je me dois de le lui rendre. » Peut-être pas non plus à n’importe quel salaire et pour n’importe quelle durée de contrat. C’est le principe des négociations.