OM: «Un Rudi Garcia portugais!» Pourquoi les fans sont sceptiques à propos d'André Villas-Boas

FOOTBALL De nombreux supporters de l'OM auraient préféré un entraîneur comme Heinze. Mais c'est bien André Villas-Boas qui dirigera Marseille la saison prochaine

Jean Saint-Marc

— 

Andoni Zubizaretta, André Villas-Boas et Jacques-Henri Eyraud.
Andoni Zubizaretta, André Villas-Boas et Jacques-Henri Eyraud. — C. Paris / AP / SIPA
  • Les supporters de l’OM estiment qu’André Villas-Boas, très bon communicant, ressemble beaucoup à Rudi Garcia.
  • Ses expériences précédentes ne sont pas convaincantes, selon eux : à Porto et à Saint Pétersbourg, André Villas-Boas entraînait la meilleure équipe du championnat. Ce ne sera évidemment pas le cas à l’OM.

« J’ai l’impression qu’on parle de Pascal Dupraz ! » Ce supporter de l’OM se sent bien seul sur Twitter, depuis l’arrivée du nouveau coach de l’OM. Sans être fan du profil d’André Villas-Boas, « un mercenaire un peu surévalué qui s’est planté très fort à Chelsea », il est dans l’expectative, presque bienveillant… Très loin des réactions de rejet épidermiques de la plupart des supporters de l’OM, très hostiles à la venue du Portugais à Marseille.

Simple réflexe après les nombreuses déceptions de l’ère McCourt ? Les fans marseillais cherchent-ils à rappeler à la direction qu’on peut tromper mille personnes une fois, mais qu’on ne peut pas tromper mille fois mille personnes ?

Ils n’étaient que quatre ou cinq devant la Commanderie, mercredi dernier, pour tenter de gratter un selfie avec « AVB ». On est loin des affluences pour la signature de Balotelli ou le retour de Payet. André Villas-Boas n’excite pas les supporters marseillais. « Il a été en échec depuis 2009, car passer de Tottenham à la Russie puis la Chine, c’est un échec, déplore Jérémy Djaoui, chroniqueur au Phocéen. J’espérais un entraîneur qui a des idées qui collent à l’OM : du jeu, du jeu et du jeu ! D’après les souvenirs que j’ai de ce que je voyais en Angleterre, ce n’est vraiment pas son cas… »

Pas un « résultadiste » mais un « Rudi Garcia portugais »

En conférence de presse, André Villas-Boas a affirmé qu’il n’est pas « résultadiste » (sic) : « Je ne suis pas un entraîneur défensif, je veux jouer un football offensif, à l’image du slogan de l’OM : “droit au but” ! » Des mots doux que les supporters de l’OM prennent pour ce qu’ils sont : des éléments de langage d’un brillant communicant.

En termes de communication, c’est un profil similaire à celui de Rudi Garcia ou de Michel, embraye un supporter anonyme, qui se fait appeler Le corbeau Phocéen sur les réseaux sociaux. Il est policé, charmeur, soucieux de son image. On avait besoin de tourner la page, de s’identifier à notre entraîneur après cette saison éprouvante. Je pense que c’est un coach plus compatible avec les dirigeants actuels qu’avec l’OM. »

« On demande des grandes gueules, des mecs vrais, entiers, pas un Rudi Garcia portugais », dit à son tour Daniel, abonné chez les Fanatics. Pour Florent, si les supporters sont sceptiques, c’est « parce qu’après une telle saison, on espérait un profond changement et des noms excitants. Un coach qui sort d’une pause après un exil en Russie et en Chine, ce n’est pas le plus emballant ! »

Villas-Boas, un Rudi Garcia bis ? Beaucoup le pensent, comme Bastien Cordoléani, qui voit « un personnage similaire, plutôt égocentrique. » Il espérait « un bâtisseur, vu le virage vers les jeunes que prend le projet. » Ce n’est pas, selon lui, le profil de Villas-Boas, qui aurait, dit-il, « une certaine arrogance due à son parcours, il a très vite été considéré comme un jeune crack. »

Pas très stable

« Il profite encore de cette excellente saison à Porto, alors que c’était il y a huit ans », poursuit Marwen. Il ne m’a pas l’air très stable, je ne pense pas qu’on puisse construire avec lui sur le long terme. » Son départ au Dakar et ses deux ans sans foot inquiètent Marwen : « Ca n’a pas l’air d’être un passionné de foot ! » Et sur le plan des résultats, « il n’a réussi que lorsqu’il avait la meilleure équipe du championnat, avec Porto et le Zénit. » Ce ne sera évidemment pas le cas à Marseille, où Villas-Boas vient de signer pour deux ans.

Pour le célèbre utilisateur de Twitter Lino Treize, « c’est comme si on prenait un coach en cours de saison, sous contrainte. Un nom sans relief, qui n’a pas de projet défini. » Les « doutes et surtout le prix sont beaucoup trop élevés pour tenter ce risque », poursuit-il, à l’unisson des autres supporters de l’OM interrogés.

On en a trouvé un particulièrement pertinent pour notre sujet : Jean-Marc, qui vit à Novossibirsk, en Sibérie, et qui supporte à la fois l’OM et le Zénith Saint-Pétersbourg. « Je comprends complètement l’hostilité des Marseillais, leur mécontentement. Surtout qu’en Russie il n’a pratiquement pas fait jouer les jeunes ! Bon, après, c’est pas un peintre. Ce n’est pas Pascal Dupraz non plus ! »