Bordeaux-OM: «C’est mort, c’est fini!», Thauvin dépité ne croit plus à la Ligue des champions après la défaite de l'OM face aux Girondins (0-2)

FOOTBALL Dépité, l’international français ne se fait plus d’illusion pour cette saison

Clément Carpentier

— 

Florian Thauvin dépité.
Florian Thauvin dépité. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • Marseille s’incline à Bordeaux lors de la 31e journée de Ligue 1.
  • L’OM pourrait se retrouver à la fin du week-end à 11 points de la Ligue des champions à sept journées de la fin du championnat.
  • Rudi Garcia va devoir gérer un vestiaire de plus en plus tendu à l’image de Dimitri Payet.

Ça commence à faire beaucoup. Si ce samedi matin, l’OM est toujours à huit points de la Ligue des champions, le compteur pourrait monter à 11 en cas de victoire cette après-midi de Lyon face à Dijon. Pire encore Reims et Saint-Etienne pourraient tout simplement éjecter les Marseillais des places européennes d’ici la fin du week-end à seulement sept petites journées de la fin du championnat. Aie, ça pique ! Mais au Matmut Atlantique, les joueurs de Rudi Garcia n’ont rien fait pour éviter cela et Bordeaux a tranquillement prolongé sa série d’invincibilité de 41 ans à domicile face à l’OM (0-2).

« Excusez-moi l’expression mais ça fait bien chier »

Alors, est-ce qu’il faut encore croire à la LDC ? « C’est mort, c’est fini. Il faut arrêter de se raconter des histoires ! », Florian Thauvin est cash. Le meilleur buteur marseillais était dépité après le match : « Tous les ans, c’est la même chose. On lâche les saisons. Ça sert à rien de trouver des excuses. Il n’y a qu’une chose à faire, c’est se taire et d’assumer parce qu’on n’a pas été bons ! »

De son côté, Rudi Garcia a préféré temporiser sur la question : « On verra où on se trouve à la fin du week-end. Mais sur les 21 points qu’ils restent, il va falloir en prendre beaucoup. » Et même un parcours sans faute risque de ne pas suffire. Il faudrait presque un miracle et l’entraîneur de l’OM en avait gros sur la patate : « Excusez-moi l’expression mais ça fait bien chier. On a fait des erreurs. Les arbitres aussi et ils ont été plus réalistes que nous. Je pourrais m’arrêter là pour résumer cette rencontre si je voulais. » Il prendra tout de même deux minutes de plus pour répondre à quelques questions.

Payet symbole de cet OM sans ressort

Et évidemment à celle sur la sortie de son capitaine. Dimitri Payet symbolise en effet aujourd’hui cette équipe de Marseille sans ressort. Titularisé à Bordeaux, l’international est passé au travers comme souvent cette saison. Mais surtout, il n’a très peu apprécié son remplacement par Ballotelli à 20 minutes de la fin. « Tant mieux s’il est énervé. C’est normal mais on savait qu’il n’avait pas 90 minutes dans les jambes », préfère calmer un Rudi Garcia qui a dû prendre la main de son joueur à sa sortie celui si ne semblant pas vouloir lui tendre.

La gestion du cas Payet est de plus en plus compliquée. Et on ne parle même de Luis Gustavo resté sur le banc toute la rencontre à Bordeaux. La situation devient explosive dans le vestiaire. Il va vite falloir une victoire pour calmer les esprits ou sinon écouter Kévin Strootman : « Je ne veux pas parler de Ligue des champions, de Ligue Europa, il faut juste gagner le prochain. » Mais pour ça il faudra relever la tête. Et aujourd’hui, elles sont vraiment basses à l’OM.