PSG-Nantes: «On n’a pas perdu à cause de lui, mais…», les Nantais l'ont mauvaise et fustigent l'arbitrage

FOOTBALL La demi-finale PSG-Nantes a été émaillée de décisions arbitrales discutables et défavorables aux hommes de Vahid Halilhodzic

Aymeric Le Gall

— 

Les Nantais n'ont pas été aidés par l'arbitrage mercredi soir face au PSG.
Les Nantais n'ont pas été aidés par l'arbitrage mercredi soir face au PSG. — Anne-Christine POUJOULAT / AFP
  • Le FC Nantes s'est fait éliminer par le PSG, en demi-finale de Coupe de France, mercredi soir au Parc des Princes. 
  • La rencontre a été émaillée de nombreuses décisions arbitrales étonnantes, défavorables aux Canaris, et l'utilisation du VAR est à nouveau remis en cause.  

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

La qualification du Paris Saint-Germain pour la finale de la Coupe de France après sa nette victoire (3-0) sur Nantes semblerait presque anecdotique tant le sujet de la soirée était ailleurs. Dans l’oreillette de l’arbitre et dans le fourgon du VAR installé derrière le Parc des Princes en l’occurrence. En effet, cette demi-finale entre le PSG et le FC Nantes a été émaillée de beaucoup de décisions arbitrales plus que discutables.

Pour être tout à fait honnête, de là où nous étions, perchés tout là-haut dans la tribune de presse du Parc et sans le moindre écran de télé à portée de main, il était difficile de se faire une idée. Il a alors fallu nous en remettre à notre oreillette à nous, c’est-à-dire notre collègue, bien calé au chaud à la rédaction de 20 Minutes, pour avoir un topo de la situation. Pour lui, comme pour la plupart des observateurs, il y a matière à l’avoir mauvaise si on supporte le FC Nantes.

Deux décisions très discutables

On rembobine.

>> Embrouille acte I. A la 37e minute, lors d’une de ses très rares incursions dans le camp parisien, le FC Nantes se voyait déjà récompenser d’un péno, mais l’arbitre a jugé que la glissade de Thiago Silva sur Coulibaly (qui venait de lui glisser un joli grand pont dans la surface) était involontaire. On a alors cru un instant que le VAR allait rappeler M. Letexier devant son écran, mais c’était visiblement silence radio à l’autre bout du fil.

>> Embrouille acte II. Comme les Parisiens contre Manchester United, les hommes de Vahid Halilhodzic n’en ont pas cru leurs yeux quand, après avoir visionné les images, l’arbitre a désigné le point de penalty après une main involontaire de Pallois consécutive à une tête de Kimpembe sur corner. Face aux Anglais c’est le PSG qui avait fait les frais d’un péno accordé généreusement par l’arbitre, mercredi soir ce sont les Canaris qui ont douillé.

Evidemment, impossible de dire si ces décisions auraient empêché le PSG de se qualifier pour la finale et sauver sa saison, mais il est certain que ça aurait changé le scénario du match et offert un espoir de retour aux Nantais après le but de Verratti.

Des Nantais fatalistes

De son côté, Coach Vahid a eu beaucoup de mal à avaler le bonbec. Et il l’a dit. Partout. D’abord sur Eurosport juste après le coup de sifflet final, puis en conférence de presse, et pour finir en zone mixte, un endroit où habituellement les coachs ne foutent jamais les pieds.

« J’ai vu quelques images, je pense que l’arbitrage était un peu discutable, a-t-il glissé. J’ai vu surtout des contacts avec Thiago Silva et Coulibaly, et tout le monde m’a dit "c’est pénalty". Ça peut changer beaucoup de choses. Je ne peux pas être objectif bien sûr, mais pour moi il y avait penalty. Déjà contre le Paris Saint-Germain c’est extrêmement difficile de gagner, mais si vous avez un peu d’arbitrage défavorable, ça devient mission impossible ». Si face à la presse les Nantais sont restés mesurés après cette sale soirée, Halilhodzic nous confiera en quittant le parc que dans les vestiaires « il y a eu une grosse, grosse colère générale. »

De son côté, Valentin Rongier n’a pas voulu en rajouter des tonnes : « On ne va pas encore reparler de l’arbitrage parce que ça va faire couler assez d’encre comme ça. Mais c’est un petit peu dommage ce qu’il s’est passé ce soir. » Le capitaine nantais a essayé de basculer sur la performance de son équipe, même si on a vite senti que M. Letexier et ses assistants occupaient encore ses pensées.

« Je ne sais pas si on fait une belle prestation ce soir. On va dire qu’on fait une prestation correcte. On n’a pas démérité, surtout dans les intentions et dans l’envie. On a joué avec nos armes, on a beaucoup couru après le ballon mais ils n’ont pas été très dangereux. On a eu quelques situations pour marquer…. S’il [l’arbitre] nous avait aidés un petit peu plus, je pense que l’issue de ce match aurait été différente. Après, je ne dis pas que c’est à cause de lui qu’on a perdu, mais il ne nous a pas aidés, ça c’est sûr. »

Rongier raconte un échange avec l’arbitre

Puis, le capitaine nantais raconte ce que l’arbitre lui aurait dit sur la présumée faute de Thiago Silva sur Coulibaly : « Il m’a dit "Pour moi, Thiago Silva n’a pas l’intention de faire une faute." Je lui demande : "Si c’est pour le PSG, est-ce que vous sifflez ?" Il me répond : "Monsieur Rongier, vous êtes intelligent, vous savez bien que les sanctions n’ont pas les mêmes conséquences." Quand un arbitre te dit ça, tu comprends que ça va être difficile et que la fin du match va être longue. »