Arsenal-Stade Rennais: «Tant mieux pour lui, nous on subit...», Julien Stéphan revient sur l'imbroglio Lacazette

FOOTBALL Le coah du Stade Rennais va devoir revoir ses plans avec la présence de Lacazette côté Gunners

A.L.G.

— 

Julien Stéphan en conférence de presse avant le match contre Arsenal.
Julien Stéphan en conférence de presse avant le match contre Arsenal. — LOIC VENANCE / AFP

De notre envoyé spécial à Londres,

La nouvelle est tombée mardi soir comme un cheveu sur la soupe : Alexandre Lacazette, initialement suspendu trois matchs après un coup de coude contre le BATE Borisov a finalement été autorisé à jouer jeudi le 8e de finale retour contre Arsenal. Après une réclamation posée par les Gunners (sans que le Stade Rennais n’ait été mis au courant), l’UEFA a donc décidé de se montrer clémente. Mais ce qui pose problème dans ce bazar, c’est le timing de la décision, 48 heures avant le coup d’envoi de la rencontre.

On imaginait rencontrer un Julien Stéphan un brin courroucé lorsqu’il s’est présenté en conférence de presse, mercredi soir dans les travées de l’Emirates Stadium, mais il n’en fut rien. S’il s’est montré ironique concernant « un timing surprenant », le coach rennais n’a pas voulu polémiquer outre mesure : « On ne pouvait imaginer ça jusqu’à 17h45 hier soir [mardi] quand l’info est tombée. Bon, les instances ont décidé de réduire la suspension de trois à deux matchs, tant mieux pour lui. C’est comme ça, on subit. Mais aujourd’hui on est trop proche du match et on n’a pas d’énergie à perdre avec l’UEFA. On va maintenant s’organiser en conséquence. »

24 heures chrono

Relancé sur le sujet par un confrère, l’entraîneur breton a rappelé qu’il y avait déjà eu « une première bizarrerie avec l’inversion des matchs aller et retour. Il y a maintenant une deuxième petite bizarrerie qui arrive, bon… On est convaincu qu’il n’y en aura pas de troisième demain sur le terrain puisqu’on aura un arbitre expérimenté et qui prendra les bonnes décisions. C’est le principal. » Pas de polémique, certes, mais le message aux instances est quand même passé.

Mais plus que de broder sur du rien, ce qui intéresse Julien Stéphan c’est le concret, le terrain : « Cette décision change beaucoup de choses, oui. Avec Lacazette ils peuvent jouer dans différents systèmes. Ils en ont rajouté un qu’ils ont peu utilisé depuis le début de saison, c’est le 3-5-2 avec deux attaquants et un numéro 10, comme ce week-end contre Manchester. Sa présence modifie forcément les données du match mais il nous reste 24 heures pour nous préparer. » Top chrono.