VIDEO. «Le baby-foot peut réunir et amuser toute une famille»… La première école française de la discipline naît à Lyon

DECOUVERTE Lancée jeudi soir à la mairie de Lyon 6e, la première école française de baby-foot comble quelques amateurs de cette discipline « so old school »…

Jérémy Laugier

— 

Une vingtaine de curieux se sont retrouvés jeudi soir à Lyon pour le lancement de la première école de baby-foot en France.
Une vingtaine de curieux se sont retrouvés jeudi soir à Lyon pour le lancement de la première école de baby-foot en France. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Si le baby-foot a disparu des bars en France depuis une vingtaine d’années, il conserve une belle cote de sympathie.
  • Le club villeurbannais du Rhône sportif football de table vient de lancer jeudi soir, dans la mairie de Lyon 6e, une école de baby-foot pour les joueurs débutants.
  • Cette première en France a rassemblé une vingtaine d’amateurs, la plupart en mode « madeleine de Proust ».

Vous avez envie de retrouver vos années baby ? A la moindre pause de midi ou en cas de grève, vous étiez du genre à foncer au bar du coin pour jouer la repêche et vous insurger à chaque pissette d’un de vos potes ? En 2019, les baby-foots sont en voie d’extinction à Lyon et partout ailleurs. Un constat qui a poussé le Rhône sportif football de table, troisième meilleur club européen, à réagir.

« Un peu comme le billard, le monde virtuel a pris le dessus, constate Nicolas Constantin, champion de France en titre en double. Il n’empêche qu’on est une des seules disciplines pouvant réunir et amuser toute une famille. Nous voulons remettre le baby amateur sur le devant de la scène »,

« Le baby se joue à 80 % dans le domaine stratégique »

Trois babys (bientôt quatre) ont été installés jeudi dans une annexe de la mairie de Lyon 6e pour le premier cours d’une école de baby-foot unique en France. La vingtaine d’élèves présents vont donc suivre chaque semaine (pour 75 euros la demi-saison) un programme déterminé par un guide pédagogique édité par la fédération française de football de table (3.000 licenciés au total).

Finalement, le baby-foot peut-il être considéré comme un véritable sport ? « Oui, même s’il n’est pas encore reconnu comme tel, explique Nicolas Constantin. Certains joueurs s’entraînent plusieurs heures par jour et font attention à la nutrition, se renforcent bras, épaules et dos. Il faut aussi comprendre qu’à haut niveau, le baby se joue à 80 % dans le domaine stratégique, quasiment comme des échecs. »

« Je cible les rares bars ayant un baby à Lyon pour aller boire un verre »

Nicolas (27 ans) est devenu accro à cette discipline durant ses études puisqu’il avait un baby à disposition dans son école d’architecture. « Je suis capable de cibler les rares bars ayant un baby à Lyon pour aller boire un verre avec des potes, sourit-il. C’est un jeu hyper convivial et c’est facile de motiver n’importe qui à disputer une partie. On se retrouve à faire équipe avec un inconnu. » Son ami Christophe (36 ans), développeur informatique, fait partie des rares membres du premier cours à se muer chaque jour en « bafiste ». « Ça m’a rappelé de bons souvenirs de découvrir qu’on avait notre baby au travail, confie-t-il. On a donc lancé un championnat avec mes collègues. Je fais trois ou quatre parties chaque jour. »

Il est venu à la mairie de Lyon 6e pour acquérir « une méthode » avec les professeurs du Rhône sportif football de table. « Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas besoin d’avoir de don pour réussir un contrôle parfait au baby, indique le président du club villeurbannais Noureddine Houcine, qui a contribué à la sortie du guide pédagogique. Au début, personne ne cherche à toucher la balle et la garder au baby. Tout le monde veut taper dedans. Mais dans notre école, la balle est gratuite et on aura bien le temps de tirer. »

Membre du Rhône sportif football de table, Kevin Grange (à droite) a multiplié les conseils auprès des amateurs de baby-foot jeudi soir.
Membre du Rhône sportif football de table, Kevin Grange (à droite) a multiplié les conseils auprès des amateurs de baby-foot jeudi soir. - Jérémy Laugier/20 Minutes

L’école de baby peut aussi être un rendez-vous père-fils

Conscient du « trop grand écart » entre amateurs et champions dans son club, Noureddine Houcine a ainsi trouvé la parade pour satisfaire les différents publics. Grégory (51 ans) est notamment ravi de venir partager sa passion d’antan avec son fils Alex (18 ans). « A l’époque du lycée, j’étais tellement dur à battre que je jouais bien deux heures de suite au bar avec une seule pièce de deux francs, se souvient le paternel. Il y a une forme de nostalgie dans le baby pour moi. »

Grégory n’était pas le seul à ressentir ça, jeudi soir, à la mairie de Lyon 6e. De son côté, Nicolas incarne en se marrant le gouffre entre la culture club et bar : « Chez eux, les buts des demis et en pissette sont acceptés, c’est incroyable. Ça va à l’encontre de mes principes ». Car la règle numéro un de la première école de baby-foot française, c’est qu’il n’y a pas de règle (vous l'avez?).

Inscriptions encore possibles pour les cours du jeudi entre 19 et 22 heures à la mairie de Lyon 6e au 06 27 59 09 13 et sur rsft69@gmail.com