Ligue Europa: «C'est mort et ça fout les boules», les Girondins, quasiment éliminés, enragent

FOOTBALL Il faudrait maintenant un miracle aux Bordelais pour se qualifier…

Clément Carpentier

— 

Pablo et ses coéquipiers sont dépités après ce nouveau résultat nul.
Pablo et ses coéquipiers sont dépités après ce nouveau résultat nul. — Nicolas Tucat / AFP
  • Les Girondins concèdent le match nul (1-1) face au Zénit Saint-Pétersbourg.
  • Ils restent derniers de leur poule malgré une nouvelle bonne prestation.
  • Pas encore éliminés mathématiquement, ils n’ont pratiquement plus aucun espoir de qualification.

Au bout d’un moment, ça suffit ! Alors oui, Bordeaux n’a pas perdu. Oui, Bordeaux joue bien mieux au football que les saisons précédentes. Oui, Bordeaux propose un minimum de spectacle à ses supporters. Mais au final, c’est toujours la même chose depuis un mois : Bordeaux ne gagne pas. Et forcément, ça finit par énerver !

Demandez à Yann Karamoh, l’attaquant des Girondins : « Je suis très en colère. Une nouvelle fois, on a eu notre chance mais on ne gagne jamais au bout du compte. On peut cash toutes nos erreurs. On manque d’application et de mental dans ce genre de match car nos adversaires, on les domine, on maîtrise le jeu et voilà, ça s’arrête là. »

Un infime espoir

Contre le Zénit (1-1), les supporters ont en effet assisté au même scénario déjà vu en Russie ou Copenhage où les Girondins méritaient bien mieux que deux défaites. Jeudi, les Russes ont encore « mis un but que Bordeaux n’aurait jamais dû prendre » dixit l’entraîneur Erci Bedouet. Alors cette fois-ci, au moins, son équipe n’a pas perdu mais cela ne change rien pour Yann Karamoh :

La qualification ? Oui, clairement, c’est mort ! Et franchement, ce soir (jeudi), d’être éliminé comme ça, ça fout les boules.

Eric Bedouet et Ricardo sur le banc.
Eric Bedouet et Ricardo sur le banc. - Nicolas Tucat / AFP

Pour être précis et essayer de mettre un peu de baume au cœur à l’attaquant franco-ivoirien, les Girondins ne sont pas mathématiquement éliminés. Mais, il leur faudrait un miracle. En effet, il faudra gagner ces deux derniers matchs et reprendre le goal-average particulier au Slavia Prague tout en espérant que les Tchèques ne prennent pas un point et que Copenhange ne gagne pas. Autant aller directement brûler un cierge dès maintenant. Voire plusieurs.