Ligue des champions: «Délirant d’ajouter 20 euros de plus», pourquoi certains supporters vont zapper l’abonnement RMC

FOOTBALL Un certain nombre d’amateurs de foot ont prévu de passer par le système D pour regarder les équipes tricolores engagées en Coupe d’Europe…

Julien Laloye

— 

Les supporters du PSG devant leur écran à 21h
Les supporters du PSG devant leur écran à 21h — MAXIM ZMEYEV / AFP

Trois heures de queue au bas mot devant l’Elysée, le coup de pot ultime de croiser Macron, et un culot monstre, tout ça pour se planter sur la question. Ce n’était pas un boulot qu’il fallait demander au président de la République pour le piéger, cher jeune horticulteur au chômage, mais bien comment faire pour mater la Ligue des champions sans risquer la prison. Sûr que Manu n’aurait pas eu le toupet de lui répondre les yeux dans les yeux : « Je traverse la rue et je vous en trouve, moi, un abonné RMC sport ».

L’abonnement de trop

L’heure approche et des milliers de supporters du PSG, de l’OL, ou de l’OM, sentent poindre au loin le vent de la panique. Souvent abonnés à BeIn et Canal, ils ont choisi de faire l’autruche et de fermer les yeux très fort en espérant que tout ça ne soit qu’une vaste plaisanterie. Mais même au pied du mur, hors de question d’abdiquer. NON, ils ne lâcheront pas 19 euros de plus par mois pour regarder leur équipe en Coupe d’Europe (9 euros pour ceux qui sont déjà chez SFR). L’argument financier est évidemment avancé. Si on veut avoir tout le foot à disposition, et rien que le foot, il faut désormais lâcher plus de 50 euros mensuels. Impensable, pour beaucoup.

Kevin, 27 ans, monteur vidéo, fan de Rennes

« En fait je suis déjà abonné à Canal +, offre sport. Ce qui me coûte 45€ par mois pour avoir Eurosport, beIN, Canal + et Canal + Sport, MyCanal, L’Equipe en numérique et Le Kiosk. Je trouve l’offre pas mal, et ça me correspondait parfaitement l’an dernier. Mais là, ça me paraît délirant d’ajouter 20 euros de plus 2-3 matches toutes les deux semaines, même si c’est la Ligue des champions et la Ligue Europa. »

Pierre-Yves, 34 ans, en charge de l’International pour la Présidence de l’université Lyon 3, supporter de l’OL

« Mettre 19 euros/mois pour suivre le parcours de l’OL en C1 ça veut dire mettre autant [voire plus] que dans mon abonnement annuel au stade. Je préfère largement me payer des places pour voir les matchs de C1 au stade à Lyon [60 euros pour les deux matchs du premier tour : Hoffenheim et City]. En plus, je sais que le niveau de l’OL ne lui permet pas de viser grand-chose en phase de poules. On verra s’il y a des 8es. »

Alexandre, 23 ans, étudiant en Master II Droit des Affaires, pro-PSG

« Ce qui m’a gonflé cette année c’est la répartition des chaînes pour voir la Ligue 1, la Liga et la Ligue des champions. Je me disais qu’il suffisait de ne pas faire une sortie dans le mois pour me payer BeIn. Là, maintenant, je devrais me priver d’un trop gros montant uniquement pour ça. Il y a aussi la qualité des chaînes, vraiment en deçà de ce qui se fait à l’étranger. SFR propose de bonnes émissions comme celle avec Tuchel [Breaking foot] mais le prix est vraiment dissuasif pour moi qui ne suis qu’étudiant. »

L’idée générale ? L’éparpillement des droits commence à sérieusement courir sur le haricot du consommateur, et l’arrivée imprévue d’un troisième opérateur sur le marché des-matchs-qui-ne-se-loupent-pas (vivre sans la Premier League, passe encore) ressemble « à la goutte d’eau qui fait déborder le vase » (Etienne, qui se décrit lui-même comme « acharné » du PSG). RMC paye pour les autres avant lui, en quelque sorte. Trop c’est trop, et cela devient un principe.

Le groupe de Patrick Drahi, qui doit rentabiliser son énorme investissement sur les Coupes d’Europe (plus de 300 millions d’euros annuels), semble lui-même avoir été pris un peu de court sur le plan technique. Ou alors il a eu du mal à faire passer le message. De nombreux amateurs de foot pas forcément rétifs à RMC ont laissé passer l’été sans s’inquiéter et viennent à peine de comprendre que s’abonner ne se faisait pas en un tour de main.

« Je suis chez Free, et s’il y avait un accord pour avoir les chaînes RMC sur la box comme avec beIN Sport je m’abonnerais dans l’heure, explique Alex, 40 ans, principal de collège. Mais là je suis obligé de souscrire à l’offre numérique [la seule possible pour les non-clients SFR], ça veut dire que pour regarder le match sur mon écran télé, il faudrait que j’achète une télévision connectée alors que la mienne, qui n’est pas si récente, fonctionne encore très bien. »

Sinon, c’est l’ordinateur ou l’appli sur le téléphone avec la menace permanente du plantage fatal ou de l’écran qui rame au pire moment. Un phénomène déjà observé cet été pour la diffusion de la Supercoupe d’Europe entre le Real et l’Atletico. « J’attends de voir les premiers retours sur le player de SFR quand tout le monde sera dessus pour PSG-Liverpool mardi, se méfie Kevin. Je me souviens des quelques soirées de LDC sur beIN connect où ça marchait vraiment mal. » « La solution serait que RMC sport soit distribué par Orange et/ou Canal + à un prix raisonnable », résume Maxime, 30 ans, supporter du PSG. A ce propos, nous sommes en mesure de confirmer que Canal + proposera les chaînes RMC avant mardi soir au même tarif...uniquement pour les clients munis d’une parabole.

Une seconde vie pour le streaming ?

En attendant un accord plus global, chacun fourbit ses plans de rechange dans son coin. Le joker de l’appel à un ami qui a craqué ? Très prisé mais peu efficace : l’ami fortuné en question a souvent l’âge et les responsabilités qui vont avec. Ça fait longtemps qu’il mate le foot peinard chez lui pendant que le petit dort à côté. Reste la bonne vieille soirée au bar, of course, mais elle n’emporte pas tous les suffrages. Il faut bien payer les bières aussi. Raphaël, étudiant en soins dentaires, supporter de l’OM : « Aller au bar le mardi mercredi et jeudi ça peut faire beaucoup à terme… donc ça sera une fois le bar, une fois le streaming, une fois sûrement rien ! »

Le streaming, nous y voilà. Notre pêche aux indignés du foot nous a permis de nous remettre à la page dans le domaine. Suivez Etienne, directeur artistique de 39 ans qui a déjà tout prévu pour suivre le PSG : « Je choppe un lien Acestream sur un forum Reddit, je le lance sur le mac (avec la fibre c’est mieux), puis je le diffuse sur mon Apple TV reliée à mon videoprojecteur. Et là j’ai la même qualité que si le match était sur Canal ou beIN… donc le choix est vite fait par rapport à l’abonnement RMC Sport ! Il n’y a aucun souci de qualité tellement il y a de "diffuseurs" différents (en HD). Après le seul petit inconvénient, c’est qu’on a rarement les commentaires en français… mais bon ce n’est peut-être pas plus mal parfois. »

Difficile de quantifier les resquilleurs comme de se faire une idée de l’audience potentielle de Liverpool-PSG. A la même époque l’an passé, le choc entre le PSG et le Bayern avait réuni plus de 2 millions de personnes devant Canal. Un objectif chiffré auquel ne veut pas se comparer, François Pesenti, directeur général de RMC Sport, qui a répondu à nos questions.

Beaucoup de supporteurs renâclent à s’abonner à votre bouquet en raison de la flambée des prix pour regarder le foot à la télé. Qu’avez-vous envie de leur répondre pour les convaincre ?

Tout simplement que RMC propose, je pense, la meilleure offre de sport à la télévision jamais lancée en France. En plus de l’intégralité des compétitions européennes, ce qui est une première, il y a énormément d’autres droits, comme la Premier League ou le basket, et une véritable offre éditoriale qui va au-delà de la diffusion des grands évènements. Il y aura du reportage, de l’analyse, de l’inside, une chaîne d’info sportive en continu… L’abonné qui nous fera confiance trouvera de véritables chaînes de télévision avec des programmes permanents, pas seulement des chaînes qui diffusent un catalogue de droits.

Pensez-vous avoir assez d’abonnés pour réaliser une audience satisfaisante lors de la première journée de C1 ?

Nous n’avons pas pour habitude de communiquer sur nos abonnés, mais nous sommes très satisfaits de nos campagnes de juillet et d’août. Dans les premiers temps, nous aurons d’avantage l’objectif de recruter de nouveaux abonnés que d’audience proprement dite. Nous regarderons ensuite les audiences en fonction du nombre d’abonnés.

Pouvez-vous assurer aux abonnés que le player RMC ne les lâchera pas mardi soir au coup d’envoi de Liverpool-PSG ?

Les équipes techniques de SFR sont totalement mobilisées pour faire face aux demandes d’inscriptions de dernière minute. Concernant notre plateforme numérique, c’est difficile d’annoncer notre degré de confiance, mais nous mettrons tout en œuvre pour gérer l’afflux.

Le prix de 19 euros, qui peut rebuter certains, est-il amené à évoluer en fonction de la réussite de votre campagne d’abonnement ?

Il s’agit d’un abonnement mensuel sans engagement qui offre du contenu unique et exceptionnel.

De nombreux supporters aimeraient avoir accès à vos chaînes directement sur leur télévision. Qu’en est-il de la distribution de RMC sur les autres bouquets ?

Il y a des discussions en cours avec d’autres acteurs du marché, tout reste ouvert à tout moment. Nous avons évidemment l’ambition d’être distribués partout où c’est possible. Tout Français connecté sait désormais qu’il peut, comme pour Netflix, s’abonner à une offre TV via internet, nous déployons pour cela tous les partenariats et solutions possibles, par exemple auprès des fabricants de TV qui embarquent l’appli RMC Sport ou en proposant des boîtiers de connexion type Connect TV de SFR

BFM a exceptionnellement diffusé la dernière épreuve de Kevin Mayer dimanche, alors que son exploit n’était visible que pour les abonnés. Avez-vous envisagé un geste similaire pour les clubs français en Coupe d’Europe ?

Les abonnés seront évidemment privilégiés pour la diffusion des matchs de Ligue des champions. Mais il y aura la possibilité de voir tous les buts des clubs français sur BFM TV via des formats courts, et le groupe diffusera un match de Ligue Europa par semaine en clair (sur RMC story). Ce sera Bordeaux pour commencer, et ça pourra être aussi Rennes et Marseille par la suite.