Pourtant, ils avaient recruté un super cameraman la saison dernière.
Pourtant, ils avaient recruté un super cameraman la saison dernière. — B. Horvat / AFP

FOOTBALL

OM TV, c'est terminé... «C'est notre bébé qui disparaît, mais c'était inéluctable», racontent des anciens

Les contenus seront désormais disponibles sur le site internet de l’OM. Mais pour visionner certaines images, il faudra payer…

  • L'OM a mis fin à la diffusion d'OM TV pour se concentrer sur les réseaux sociaux et le site internet du club.
  • Une évolution logique selon les anciens de la chaîne.

C’est une mort sans enterrement. Sans nécrologie. Sans annonce officielle, même. Les programmes d’OM TV se sont interrompus le 31 août dernier avec, en guise d’épitaphe, cette phrase qui tourne un peu autour du pot : « OM TV évolue et met à disposition de tous les supporteurs de l’Olympique de Marseille, gratuitement, la totalité de ses contenus sur toutes ses plateformes digitales. »

Les fans s’y attendaient. Comme les fondateurs de la plus vieille chaîne de club en France (la deuxième en Europe, après Manchester United). Pour Michel Hamousin, le premier directeur de la chaîne (1999-2004), cette interruption des programmes « était dans l’ordre des choses ». Mais n’empêche : « Ce n’est pas tous les jours qu’on crée une chaîne de télé, alors oui, c’est quand même mon bébé qui disparaît ! Il y a une émotion, une tristesse… Mais c’était inéluctable ! »

« Surpris qu’elle tienne aussi longtemps »

Une autre figure historique d’OM TV, le journaliste Christophe Champy, emploie l’exacte même expression : inéluctable. « Je m’attendais à cette fermeture, et, pour tout dire, j’ai même été surpris qu’elle tienne aussi longtemps ! » 19 ans, tout de même, pour la chaîne la plus regardée des chaînes de club en France… Mais à l’audience tout de même confidentielle ces dernières années.

« C’est une chaîne qui a toujours coûté de l’argent, qui n’était de toute façon pas faite pour en gagner, c’était un outil de promotion, de communication », reprend Champy. Qui croit savoir que « les chiffres se cassaient vraiment la gueule ces dernières années : les modes de consommation ont changé… Tout était sur les réseaux sociaux ! »

C’est sur Twitter, Snapchat, Instagram, Facebook et Viber que l’OM va désormais prêcher la bonne parole. Et où le club « met à disposition (…) gratuitement la totalité de ses contenus », pour citer de nouveau le communiqué évoqué en début d’article (vous l’aviez déjà oublié ? Concentrez-vous un peu, merde).

Gratuitement ? Hum hum hum… Avec la reprise de la saison, l’OM a lancé une nouvelle offre, baptisée «OM Nation », destinée aux plus fidèles des abonnés. Moyennant 49 euros par an, ils seront prioritaires à la buvette, à la billetterie pour les gros matchs (Paris, Lyon, Monaco), ils pourront participer à l’assemblée générale du club… Et regarder des contenus digitaux exclusifs sur le site officiel. Parmi ces « exclusivités » : des rediffusions des matchs de l’OM dès le lundi minuit… Redif' qui étaient auparavant diffusées par OM TV.

Des supporters s’énervent de devoir cracher au bassinet de nouveau pour un service jusque-là inclus dans leurs abonnements Canal +. Même si l’émission la plus populaire, Objectif Match, continue d’être diffusée gratuitement sur les réseaux sociaux. Créée en août 2012, cette plongée dans les coulisses de l’équipe est ultra populaire parmi les supporters/téléspectateurs. C’est un peu l’ADN de la chaîne dès le départ… Même si ce fut parfois compliqué. Pour boucler la boucle, on va laisser le mot de la fin à Christophe Champy, l’homme qui a ouvert l’antenne le 16 janvier 1999 :

J’aime bien ce qu’ils font : les contenus inside, les images de vestiaire, c’est un peu ce qu’on faisait nous… Mais c’est mieux foutu aujourd’hui ! Nous, on faisait de la télé avec des bouts de ficelle… Il fallait se bagarrer tous les jours, à une époque où les dirigeants du club changeaient très souvent. Alors les images exclusives… C’était la promesse… Mais c’était pas vraiment le cas tous les jours ! »

>> A lire aussi : OM: Des «héros cabossés», une love story... Et si on adaptait la folle saison de Marseille au cinéma?

>> A lire aussi : OM: Comment Florian Thauvin a transformé son image, du sale gosse au parfait bon élève