VIDEO. «On a fait une petite magouille», en roue libre totale, Platini lâche une perle sur le Mondial 98

FOOTBALL Michel Platini deviendrait-il le papy gênant de la famille France 98 ?….

A.L.G.

— 

Michel Platini vide son sac le plus naturellement du monde.
Michel Platini vide son sac le plus naturellement du monde. — Jean-Michel Paint/ALAIN GROSCLAUDE / AFP

Popopopopo, il ne serait pas complètement en roue libre le père Platoche ? Invité de l’émission de radio Stade Bleu (qui sera diffusée dimanche sur France Bleu), l’ancien boss de l' Uefa a lâché une bombe de manière tout à fait naturelle, tranquillement affalé sur son fauteuil comme s’il prenait le soleil sur une terrasse de la Baule en plein mois de juillet.

En effet, Michel Platini a avoué – sans même trembler des genoux une seule seconde — avoir bidouillé la formation des poules du Mondial-98 en France afin que les Bleus ne puissent pas rencontrer le Brésil avant la finale de la Coupe du monde.

« Quand on a organisé le calendrier, on a fait une petite magouille, a lâché le co-président du Comité français d’organisation du Mondial-98. Si on finissait premier du groupe et que le Brésil finissait premier, on ne pouvait pas se rencontrer avant la finale. »

Une entorse au règlement

Lors du tirage au sort des  poules, en 1997, la France et le Brésil faisaient partie des huit têtes de série et les deux nations auraient dû, si l'on s'en tient au règlement Fifa, être réparties de manière aléatoire au sein des groupes. Or il se trouve que les deux pays ont bénéficié d'une préaffectation dans un groupe (A pour la France, C pour le Brésil), avant le tirage au sort.

Et comme il se sentait visiblement à son aise, Platoche en a rajouté une couche. Une belle même : « Ben écoutez, on est à la maison, faut bien profiter des choses. On ne s’est pas emmerdé pendant six ans à organiser la Coupe du monde pour ne pas faire quelques petites magouilles ». C’est vrai ça, pourquoi s'emmerder après tout ?