OM-Atlético: «Petites gueulantes» et grosses colères… Rudi Garcia est-il en train de devenir un Diego Simeone bis?

FOOTBALL Diego Simeone sera suspendu pour la finale de la Ligue Europa entre l’OM et l’Atlético de Madrid. « Moi, je suis toujours respectueux », répond Rudi Garcia, lui aussi bouillant avec les arbitres…

Jean Saint-Marc, avec A.H.

— 

Y a quand même quelques points communs, non ?
Y a quand même quelques points communs, non ? — SIPA / Montage 20 Minutes
  • Rudi Garcia et Diego Simeone sont souvent très remontés contre les arbitres.
  • Leurs joueurs apprécient ce comportement de « gagnants ».
  • Les arbitres un peu moins, étonnamment.

On lit quand même de belles conneries dans les autobiographies de sportifs. Prenez Mes secrets de coach (ed.  Talent Sport), ouvrage plus ou moins écrit par Diego Simeone. Deux étoiles et un avis assassin sur le site de la FNAC​ : « simpliste, se lit en une heure. » 216 pages d’eau tiède. Et ce passage mythique :

J’ai l’habitude d’être assez compréhensif avec le travail des arbitres. Nous commettons tous des erreurs, c’est humain (…) J’essaye d’inculquer au groupe qu’il doit avoir un profond respect pour le corps arbitral. »

L’homme qui s’exprime ici est l’entraîneur privé de banc pendant quatre matchs après avoir insulté Clément Turpin, lors de la demi-finale aller de Ligue Europa. Diego Simeone ne pourra donc pas exprimer son « profond respect » à Björn Kuipers, l’arbitre de la finale entre l’Olympique de Marseille et l’Atlético de Madrid (20h45, ce mercredi). Rudi Garcia, lui, sera sur le banc. Et si l’on ne miserait pas dix pesetas sur une victoire de l’OM, on est prêt à parier notre Smic de journaliste qu’il va s’accrocher, à un moment où un autre, avec un des hommes en noir.

« Assez intelligent pour ne pas aller trop loin »

« Même à l’entraînement, c’est parfois chaud avec celui qui arbitre », sourit Jordan Amavi. Et ses coéquipiers confirment :

  • Valère Germain : « J’essaye de ne pas trop regarder le banc… Mais c’est sûr que le coach pousse souvent ses petites gueulantes contre l’arbitrage. Simeone est quand même un cran au-dessus ! »
  • Grégory Sertic : « Il y a des similitudes. Ce sont des coachs qui demandent beaucoup, mais qui font aussi preuve d’une grande générosité. La suspension de Simeone, c’est un aléa. Parfois, on pète un plomb. »
  • Adil Rami : « Rudi Garcia est assez intelligent pour ne pas aller trop loin. Il sait où sont les limites pour rester avec nous. »
L'indispensable image par image de cette incroyable action.
L'indispensable image par image de cette incroyable action. - Capture d'écran Canal +

A l’insulte, Rudi Garcia préfère le roulé-boulé : sa petite crise de nerfs après une obstruction niçoise lui a valu pas mal de moqueries. Y compris, nous dit-on, au sein du très chambreur vestiaire marseillais. Rudi Garcia assure, dans un sourire, qu’on ne l’y reprendra plus : « Je ferai plus attention à mes crampons, ça arrive à tout le monde de glisser. » Pour le reste, les complaintes et les « gueulantes »… Il ne voit pas le souci. Et c’est un peu sèchement qu’il a botté en touche, quand on a esquissé notre comparaison Garcia/Simeone :

Moi, je suis toujours respectueux. Je n’ai jamais utilisé un mot déplacé, pas qu’avec les arbitres, d’ailleurs. C’est dans mon éducation. Après, oui, j’aime pousser mes joueurs, je vis mes matchs. Je ne fais pas tout bien mais c’est comme ça, c’est mon personnage. Mais il n’y a pas de comparaison possible entre Simeone et moi. Ne serait-ce que parce que lui a gagné le championnat d’Espagne, une coupe d’Europe, et qu’il dispute la Ligue des champions tous les ans ! »

Simeone a un palmarès exceptionnel et quelques faits de gloire au casier judiciaire. Suspendu huit matchs pour avoir tapé la nuque d’un quatrième arbitre en 2014, il est aussi connu pour avoir frappé un membre de son staff. Ou pour avoir balancé un deuxième ballon sur la pelouse afin d’éviter une contre-attaque. Son tout aussi bouillant adjoint German Burgos ayant même lancé un « je vais t’arracher la tête » à Mourinho. « Cela fait partie du spectacle, de l’industrie du foot. On est un peu des vendeurs de fumée, et je m’inclus là-dedans », image Omar da Fonseca, consultant pour beIN Sports (diffuseur de la finale, ce mercredi).

Domingo Cisma, ancien joueur de l’Atlético de Madrid, voit dans ces colères, la preuve que « Simeone a des gènes de vainqueur. Il demande à ses joueurs de l’ambition, une exigence maximale, du respect pour l’écusson de l’Atleti, pour les coéquipiers, pour soi-même. » Adil Rami nous a dit à peu près la même chose de Rudi Garcia : « Il nous inculque sa culture de l’effort et surtout de la gagne. Ce qu’il montre sur le banc, dans ses causeries… On est à son image sur le terrain. »

« Mieux vaut en faire trop que pas assez ! »

« Plus que sur les joueurs ou l’arbitre, je pense que ça a surtout une incidence sur le public, les supporters, reprend da Fonseca. Il vaut mieux que le coach en fasse trop que pas assez… Il ne faut surtout pas que les gens disent : “Il est trop passif !” » Souvenez-vous de ces moqueries quand Rudi Garcia avait été filmé en train de prendre des notes, alors que Florian Thauvin tirait (et manquait) un penalty, à Rennes.

« Rudi Garcia est rentré dans cette tendance, ce truc d’image où tu dois montrer que tu es déterminé », conclut da Fonseca. « Rudi devrait parfois garder son énergie pour ses joueurs », professe son ancien mentor Robert Nouzaret : « C’est un mec classe, c’est mon copain, mais quand il insiste sur l’arbitrage, il n’a pas raison. Ça donne cette sale impression qu’il se cherche des excuses. »

« Coach incroyable, comportement déplorable »

« Je ne veux pas faire une fixation sur Garcia, mais c’est vrai qu’il est très vindicatif, très spectaculaire », soupire l’ancien arbitre international Philippe Malige. Comme l’Union nationale des arbitres de foot (UNAF), Malige réclame un durcissement du barème disciplinaire. « En France, les sanctions ne sont pas dissuasives. Il y a moins d’abus dans les compétitions UEFA, où les sanctions sont plus lourdes », estime-t-il. Quatre matchs de suspension et 10.000 euros d’amende pour Simeone, dont le casier judiciaire était déjà chargé.

« C’est un coach incroyable… Mais avec un comportement déplorable, s’énerve un arbitre espagnol, joint par 20 Minutes. Les enfants regardent la télé, et après, ils font pareil… » En 2017, 5.000 injures ou agressions contre des arbitres ont été recensées en France. Et en 2018, combien de roulés-boulés d’entraîneurs ?

>> A lire aussi : Son roulé-boulé pour contester une décision de l'arbitre? «J'ai glissé», glousse Rudi Garcia

>> A lire aussi : Aux racines du mal... Depuis quand Rudi Garcia est-il obsédé par l'arbitrage?

>> A lire aussi : Diego Simeone, le faiseur de miracles permanent de l’Atlético de Madrid