«Le PSG adore, il en redemande»... On a parlé aux Ultras à l'origine du tifo Sangoku

FOOTBALL L'oeuvre a demandé un travail de préparation énorme...

Propos recueillis par Adrien Grange

— 

Le tifo magnifique du Parc des Princes
Le tifo magnifique du Parc des Princes — GERARD JULIEN / AFP

Les images ont fait le tour du monde. Dimanche soir, pour la réception de l’Olympique de Marseille, la tribune Auteuil du Parc des Princes a déployé un tifo de Sangoku, personnage du manga japonais Dragon Ball Z. 20 minutes a discuté avec Axel, l’un des membres de l’équipe qui a réalisé cet ouvrage…

>> A lire aussi : PSG-Real: En plus de Neymar, la présence de Marquinhos est aussi incertaine

La première question qui nous vient à l’esprit quand on voit la taille de ce tifo, c’est : combien de temps cela vous a-t-il pris ?

Beaucoup trop de temps (rires). On a une équipe dédiée rien qu’aux tifos. Dans un premier temps, il y a le traçage et la couture, ça nous prend une bonne journée de dix-douze heures. Plutôt quatorze en fait. Puis dans un second temps, on passe à la peinture. Là, on en a eu pour quatre bons jours. Il y avait le Sangoku à faire mais aussi ses six boules de cristal.

Justement, pourquoi Sangoku et ces six boules de cristal ?

Ça vient du manga Dragon Ball Z. Les 6 boules représentent les 6 titres de champion de France de l’Histoire du PSG. En dessous, on a déployé une banderole qui disait « Allons chercher la septième boule de cristal » car les Sept boules, lorsqu’elles sont réunies, elles ont le pouvoir d’exaucer tous les vœux. Pour nous, cette septième boule, c’est le titre de champion que l’on espère à la fin de la saison.

Que deviennent les tifos après leur utilisation ?

Certains sont jetés, d’autres sont conservés. Ils nous arrivent de réutiliser certains morceaux pour d’autres réalisations. Mais un tifo comme celui de Sangoku, au vu son format, ne peut être réutilisé.

Malgré le temps que prend la réalisation d’un tel tifo, vous avez réussi à préparer quelque chose pour mercredi face au l’OM et forcément Madrid la semaine prochaine ?

Pas impossible (rires).

Que pense la direction du club de ces tifos ?

Ils adorent ça, et ils en redemandent. Ils sont très contents de nos tifos d’une part, mais ils sont aussi très satisfaits de l’ambiance que nous mettons à chaque match. Ca manquait au Parc.

La semaine dernière, il y a une polémique au sujet d’un tifo marseillais financé par Netflix. Est-ce que vous pourriez être financé par des organisations extérieures ?

C’est inimaginable. On veut garder notre indépendance.

La LFP a utilisé les images de votre travail pour faire sa propre promotion. Qu'en pensez-vous?

Ils nous tapent dessus pour notre utilisation de moyens pyrotechniques mais se servent des images de notre travail pour promouvoir leur championnat. C’est une sorte de jeu qui, je pense, ne finira jamais.

Les fumigènes semblent être la principale crainte des instances, ne peut-on pas réussir un tifo sans en utiliser ?

Si le dessin du tifo en demande, on peut en utiliser mais là, pour Sangoku, on n'avait pas besoin de torches. Et puis, il faut se mettre d’accord sur le terme de fumigènes. Les fumigènes se sont des bâtons ou des pots qui rejettent de la fumée. Il y a d’autres moyens pyrotechniques que nous utilisons plus régulièrement, par exemple des petits stroboscopes qui font des éclairs de lumières à intervalles réguliers.