Lyon-Rennes: Boulette de Marcelo, penalty oublié à Fekir... L'OL décroche du podium après une soirée maudite

FOOTBALL Les Lyonnais se retrouvent à cinq points de Monaco après avoir été battus par Rennes (0-2) ce dimanche...

Jérémy Laugier

— 

Nabil Fekir et l'OL ont parfois été maudits contre Rennes, ce dimanche.
Nabil Fekir et l'OL ont parfois été maudits contre Rennes, ce dimanche. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • L'OL a perdu son troisième match consécutif en Ligue 1 ce dimanche contre Rennes (0-2).
  • Une contre-performance qui pourrait coûter très cher dans la lutte pour la deuxième place.

C’était clairement le match de tous les dangers pour l’OL. Déjà sur une mauvaise dynamique en Ligue 1 après les défaites à Bordeaux (3-1) et Monaco (3-2), les Lyonnais ont cette fois bien été (un peu) décrochés par l’ASM et l’OM, respectivement à cinq et quatre points, dans la course à la deuxième place. La faute à un revers (0-1) totalement inattendu contre Rennes dimanche.

>> A lire aussi : EN DIRECT. Ligue 1: L'OL, qui n’a joué qu’une mi-temps, s’incline contre Rennes (0-1) et voit le podium s’éloigner…

Marcelo plombe d’emblée l’OL. Recruté pour devenir le patron d’une défense lyonnaise si friable depuis de longues saisons, Marcelo a certes plutôt donné satisfaction lors de la phase aller. Mais ses sautes de concentration et la fébrilité de ses relances ne peuvent en faire un véritable taulier. Largement impliqué sur l’ultime but de Rony Lopes à Monaco (3-2), le Brésilien a encore coûté très cher à l’OL dimanche.

Sur un long dégagement anodin de Tomas Koubek, celui-ci s’est complètement manqué à 45 m de ses buts. Sa tête, à la fois molle et en direction de son but, a profité à Wahbi Khazri. Bien trop lent pour tenter de compenser cette boulette, Marcelo a vu de loin le duel parfaitement négocié par le capitaine rennais (0-1, 6e).

Le syndrome des défenses regroupées continue. Comme lors d’autres contre-performances face à Lille (1-2) et Angers (1-1), l'OL s’est alors lancé dans un match galère, face à une défense extrêmement regroupée, portée par un avantage précoce et quasi inespéré. Il n’y a eu aucune surprise dans le plan de jeu des hommes de Sabri Lamouchi, limités à 36 % de possession de balle et… un seul tir cadré avant les arrêts de jeu. Mais de l’autre côté, sur un faux rythme, les Lyonnais ont comme (trop) souvent mis une mi-temps avant de se montrer réellement dangereux.

>> A lire aussi : OL: Les Lyonnais vont-ils toujours être en galère face aux défenses regroupées?

Un OL maudit à tous les niveaux. Sifflé par ses supporters à la pause, l’OL s’est révolté après les remplacements de Lucas Tousart et Mariano Diaz (par Houssem Aouar et Memphis Depay, 46e). C’est même difficile de comprendre comment Lyon n’a pu revenir au score. Maxwel Cornet, d’une frappe immonde face à Koubek au sol (47e), Memphis Depay d’une bouillie de tête piquée aux six mètres (69e), Bertrand Traoré d’une chute culte avec Maxwel Cornet avant un duel (85e) illustrent la poisse lyonnaise.

Tout comme Nabil Fekir, qui a vu sa violente frappe échouer au ras du poteau rennais (75e). Et surtout, le capitaine lyonnais n’a pas obtenu un penalty évident pour un contact avec Jérémy Gelin (57e). Pour conclure cette soirée cauchemar côté OL, James Lea Siliki s’en est allé conclure le coup parfait du Stade Rennais au bout d’un contre assassin (0-2, 90e+3).