VIDEO. Monaco-Montpellier: Grâce à Falcao, Monaco s'offre un petit Montpellier et retrouve Paris en finale

COUPE DE LA LIGUE Malgré deux arbitrages vidéo en sa défaveur, Monaco n'a fait qu'une bouchée d'une équipe de Montpellier passée à côté de son match. En une demi-heure, l'affaire était pliée...

Jerome Diesnis

— 

Falcao ouvre le score pour les Monégasques et double la mise dans la foulée.
Falcao ouvre le score pour les Monégasques et double la mise dans la foulée. — VALERY HACHE / AFP

Monaco retrouvera Paris (vainqueur la vieille à Rennes, 3-2) pour la finale attendue en Coupe de la ligue et la revanche (1-4) de la saison passée. Pour Montpellier, la marche est encore trop haute. Quatre jours après la claque reçue à Paris en championnat (4-0), le MHSC a tendu l’autre joue en principauté ( 2-0) avec Falcao dans le rôle du Père fouettard. Son aventure en Coupe de la Ligue s’est arrêtée en demi-finale, avec la sensation d’être passé à côté de son match. Le MHSC n’a plus battu Monaco depuis 1995…

>> A lire aussi : Au bout de l’ennui, Monaco élimine Montpellier (2-0) et rejoint le PSG en finale...

Ils ne sont pas rentrés dans le match. « On a oublié que c’était un match de coupe. » En une phrase, Vitorino Hilton a tout résumé. Les Montpelliérains n’ont pas été à la hauteur de l’événement. Monaco a déroulé. En une demi-heure, le match était plié avec un doublé de Radamel Falcao. Amorphes, ils ont laissé jouer leurs adversaires, sans effectuer leur pressing habituel. « On n’a pas mis l’impact physique. On prend deux buts évitables », reprend le capitaine du MHSC. Le premier sur un ballon qui traînait dans la surface (16e).

Le second en revanche est un superbe mouvement collectif (29e).

Monaco a géré, Montpellier a gâché. Passé cette première demi-heure à subir, Montpellier s’est réveillé. Les Héraultais se sont procurés dans les 25 minutes suivantes de nombreuses situations devant le but. Mais ils ont péché par « manque de justesse technique », peste le coach adjoint Franck Rizetto. Dans la dernière passe et plus souvent dans le dernier geste avec les (habituels) ratés des attaquants, Giovanni Sio et Isaac Mbenza. Mais aussi de Junior Sambia, précieux dans le jeu, mais pas assez altruiste et trop maladroit. Ses coups de pied arrêtés ont été trop mal ajustés pour apporter le danger sur les buts monégasques.

La vidéo sauve deux fois le MHSC. Il y aurait pu en avoir un troisième but dans cette demi-heure à sens unique. Mais le penalty qui paraissait évident à vitesse réelle n’a finalement pas été accordé - très justement - après l’appel à la vidéo : Benjamin Lecomte avait bien touché le ballon et non Stevan Jocevic venu en face-à-face. En seconde période, c’est le but de Rony Lopes qui a été invalidé pour un hors-jeu très limite du double buteur. Monaco n’a pas eu besoin d’enfoncer davantage le clou…