Strasbourg-Lille: Fin du mutisme pour Idriss Saadi, buteur pour le Racing en Coupe de France

FOOTBALL Cinq mois après son unique but en compétition officielle, l'attaquant algérien du Racing a retrouvé le chemin des filets contre Lille jeudi en Coupe de France...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg-Lille: Idriss Saadi retrouve le chemin des filets en Coupe de France.
Strasbourg-Lille: Idriss Saadi retrouve le chemin des filets en Coupe de France. — FREDERICK FLORIN / AFP
  • Jeudi, Strasbourg a battu Lille en 16e de finale de Coupe de France (2-1).
  • Le second but strasbourgeois a été marqué par l'attaquant algérien Idriss Saadi.
  • Second but pour le joueur, cinq mois après son premier en compétition officielle.

«Pablo Martinez m'avait dit "T'inquiètes ce soir tu vas marquer. Mais, par contre, si tu marques, tu viens me voir!", c'était le deal», raconte tout sourire Idriss Saadi avant de quitter le stade jeudi. Voilà qui explique la course de l'attaquant algérien vers le banc, tombant dans les bras de son collègue défenseur, après avoir marqué le second but pour le Racing lors de la qualification strasbourgeoise en 8e de finale de la Coupe de France contre Lille (2-1) à la Meinau.

Bon visiblement, Pablo Martinez a un bon flair. On va peut-être lui demander les chiffres du Loto. «Oui faut lui demander, il va peut-être pouvoir répondre», rigole encore Idriss Saadi.

Depuis cinq mois, l'avant-centre arrivé à Strasbourg l'été dernier n'avait plus marqué en compétition officielle. Depuis le match à Montpellier le 19 août.

Titularisé jeudi, profitant du turn-over instauré le coach alsacien, l'attaquant a fait trembler les filets lillois à la 48e. Il a même manqué de peu un doublé et l'occasion de vraiment tuer le game.

"Ca faisait longtemps"

«On va pas s'attarder là-dessus, mais oui je suis content. Ca faisait longtemps que je n'avais pas marqué, poursuit l'Algérien. Des fois, ça nous sourit, des fois pas. Je pense que je peux en mettre au moins un de plus. Après on va pas faire la fine bouche et on va prendre ce qu'il y a. Ca fait du bien pour un attaquant de marquer. Si on joue à ce poste-là c'est parce qu'on aime ça. En plus les collègues m'ont servi, donc franchement cool!»

Un joli pied de nez pour le joueur qui avait - déjà- été pris en grippe par une partie du public après un  face-à-face raté contre le gardien du but improvisé De Préville lors du Strasbourg-Lille en championnat, en août. Son mutisme face au but au fil des rencontres n'avait rien arrangé. L'attaquant a vu son temps de jeu réduire comme peau de chagrin, ne figurant même plus dans le groupe retenu par Thierry Laurey lors de la dernière journée de championnat.

>> Vous êtes prévenus...

Quant à sa situation et cette trajectoire un peu compliquée cette saison, l'attaquant assure «ne pas se prendre la tête. On sait que dans le foot ça va très vite. Il faut juste ne pas lâcher. C'est difficile de s'imposer tout de suite, quand on fait différents championnats. Il y a le temps de s'adapter. Il faut aussi trouver un certain feeling avec ses partenaires. On n'a pas tous le même style de jeu, on n' voit pas tous le football de la même façon. Et puis des fois, ça tourne pas, il n'y a pas d'explications.»

«Je pense que chacun a sa façon de se remettre dans le bain. Moi je sais que c'est mon cercle familial. Ma femme me soutient tout le temps, j'ai mes enfants. L'important est là. Et quand tu as la santé, après le reste c'est futile»

>> A lire aussi: Sous le feu des critiques avant Monaco, le Fennec du Racing Idriss Saadi peut-il renaître de ses cendres?

Les critiques, Idriss Saadi dit ne pas y faire attention. Sauf quand, touchés, ses proches lui relaient. «Ca énerve parce que ça leur revient à eux. Ils sont deux fois plus tristes que toi, donc ça prend au coeur. Mais ça fait partie du jeu... Juste, je n'oublie pas»