OM-PSG: A jamais les plus stressés? On a demandé aux supporters de Marseille s’ils flippaient avant le Classico

FOOTBALL Disons qu’ils ne respirent pas la sérénité, mais qu’un miracle est possible…

J.S.-M.

— 

L'ambiance était bouillante, en février dernier, pour le résultat qu'on connaît...
L'ambiance était bouillante, en février dernier, pour le résultat qu'on connaît... — F. Langlois / AFP
  • OK, l’OM s’est beaucoup renforcé cet été, mais le PSG a juste dépensé plus de 400 millions d’euros au mercato, et a attiré deux futurs Ballon d’Or (ou presque).
  • Autant dire que les supporters marseillais ont peur que l’addition soit encore plus corsée que l’an dernier, ce dimanche (21 heures). 

C'est bien connu, à Marseille, « on craint dégun. » Ce qui n'empêche pas d'être lucide et d'aborder ce Classico tête haute... et profil bas. Oui oui, tout ça à la fois. Loin, en tout cas, des bombages de torse de février dernier. Les dirigeants et joueurs avaient donné le ton avec trois bons chambrages d’avant-match :

  • « Je veux que le PSG s’inquiète de ne jamais nous battre à nouveau » - Frank McCourt
  • « C’est depuis l’arrivée des Qataris que les gens disent “je suis supporter de Paris” » - William Vainqueur
  • « Il y a [à Marseille] une passion que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Certainement pas à Paris » - Jacques-Henri Eyraud

Une posture étonnante quand on sait que les Marseillais avaient pris deux chasses face à Monaco (1-4) et Lyon (3-1) quelques semaines auparavant. Mais même Emmanuel Macron, à ce moment-là, pensait que les Marseillais allaient gagner. 2-1, avait-il pronostiqué, arguant qu’il y avait « une nouvelle dynamique et de superbes recrutements ».

Dimitri Payet et les Olympiens défaits après la défaite 5-1 face au PSG.
Dimitri Payet et les Olympiens défaits après la défaite 5-1 face au PSG. - B. Langlois / AFP

Il n’était pas le seul optimiste. Comme on est cruels, chez 20 Minutes, on est allé fouiller dans les archives de Twitter, dans les jours précédant le 26 février 2017 :

Ah parier de l’argent sur une victoire de son club de cœur… Toujours une bonne idée. Huit mois plus tard, on a recontacté Kaylee, étudiante en psycho, auteure de cet audacieux combiné victoire de l’OM/but de Thauvin :

Je ne suis pas du tout dans le même état d’esprit, je suis beaucoup moins optimiste cette année. Les Parisiens sont plus forts avec Neymar et Mbappé. Et nous sommes trop inconsistants, quand on voit que notre défense ne pouvait même pas arrêter Strasbourg…

Kaylee vit à Newcastle, en Angleterre (« Je suis fan de l’OM depuis que j’ai découvert le Vélodrome, en venant voir des amis »), mais elle résume pas mal l’état d’esprit général à Marseille, à quelques jours du « choc ». Bien sûr, il y a ceux qui font les fiers à bras devant les journalistes. « On craint dégun », répète un ultra. « Je n’ai pas peur de Paris, dans un Vélodrome bouillant, tout est possible », jure ce supporter, coupé par son pote : « Tu déconnes ? Y a cinq minutes tu me disais qu’on allait prendre une pilule ! »

>> A lire aussi : PSG: «On joue pour une ville entière», Marco Verratti évoque le classico (et plein d'autres trucs encore)

« A chaque fois qu’on joue le PSG, on prend une rouste, confirme Julien, abonné chez les MTP. Paris joue toujours à fond contre nous, ce n’est pas comme contre Dijon ou Montpellier. » Et ce n’est pas nouveau, non ? Julien était tout jeune quand Ronaldinho a victimisé la défense marseillaise, en 2003 (3-0). Mais il se souvient de ce traumatisme : « C’était violent… Mais le 5-1 de l’an dernier, c’était pire. » «Ce match nous hante. Certains pas trop sérieux pensent qu'on va gagner... Peut-être, mais on peut aussi déclarer forfait, parce que 3-0 par forfait, c'est mieux que d'en prendre six sur le terrain», a carrément osé, sur RMC, Christian Cataldo, le président des Dodger's.

Journaliste briseur de couples et sondage très scientifique

Ah, cette démonstration des Parisiens face à l’OM Champions Project tout neuf, ils ne l’ont pas digéré. « Un drame national, tout simplement », synthétise Christophe, qui a très peur que l’addition soit encore plus sévère cette année, avec Neymar et Mbappé. « Ça m’inquiète, oui… Après, ça ne m’empêche pas non plus de dormir. »

Car bien sûr, ce n’est « que du foot ». Mais ça peut quand même mettre le dawa dans un couple. Petite expérience journalistique avec Olivier et Aude, à qui on a posé notre question bien fourbe : est-ce qu’ils préfèrent voir l’OM gagner, dimanche, mais finir 5e de Ligue 1… Ou prendre une déculottée face au PSG et se qualifier pour la Ligue des champions ? Selon un sondage Twitter/doigt mouillé pour 20 Minutes, à peu près les deux tiers des Marseillais préfèrent la deuxième option. Pas Aude, qui s’en fout du classement, « tant qu’on bat Paris. » Olivier la coupe : « N’importe quoi, la Ligue des champions, ça change tout, tu changes de dimension, tu fais venir des joueurs pour concurrencer le PSG… Et on oublie les fessées. » Donc si la Ligue des champions revient, on annule tout ?