PSG-Bayern Munich: «C’est là qu’on va voir le vrai Paris», ce choc les fait déjà tous rêver

FOOTBALL On a demandé à des réalisateurs, des présentateurs, des entraîneurs et des supporters l’importance de ce PSG-Bayern…

Nicolas Camus (avec J.L.)

— 

Le PSG face au Bayern
Le PSG face au Bayern — SIPA et 20 Minutes

Il y a eu PSG-Lyon en Ligue 1… Et encore, on attendait presque davantage l’affrontement en tribunes entre Nasser et Aulas que celui sur la pelouse. Non, c’est certain, le délicieux PSG-Bayern Munich de mercredi soir est le premier match que l’on peut qualifier de « choc » pour cette équipe de Paris post-craquage de chéquier. Ceux qui suivent avec attention le PSG, parce qu’ils en sont fans, qu’ils sont curieux de voir comment Unai Emery s’en sort avec tous ces talents offensifs ou qu’ils étudient son modèle économique, sont impatients. Cinq observateurs nous racontent ce qu’ils attendent de cette affiche, chacun dans leur domaine.

René Girard, ancien coach de Nantes, Lille ou Montpellier

« J’ai déjà réservé ma soirée. Je serai un téléspectateur très attentif. Nous, techniciens, on apprend toujours de ce genre de matchs. Ça peut nous éclairer, nous inspirer sur l’utilisation de certains joueurs ou sur les schémas mis en place. La composition que va aligner Unai Emery est une curiosité. Par exemple en défense. L’expérience est importante, il ne peut pas, pour moi, se priver de Thiago Silva. Après, Kimpembe et Marquinhos sont des joueurs de très haut niveau, le choix est difficile.

Après, est-ce qu’il va revenir au 4-3-3, est-ce qu’il va tenter un coup ? Ça va être intéressant. Je sens un match tactique mais agréable, car ce sont deux équipes qui aiment jouer. On attend Neymar, Cavani et Mbappé, bien sûr. Si Paris est allé chercher Neymar, c’est pour franchir un cap et se mettre au niveau d’une équipe comme le Bayern. C’est un sommet et c’est là qu’on va voir le vrai Paris. Je suis impatient parce que j’étais à Montpellier samedi, et je ne l’ai pas vu, c’est certain ».

Hervé Mathoux, présentateur du Canal champions club sur Canal Plus

« C’est un rendez-vous majeur, clairement la plus belle affiche en dehors du Clasico de la première partie de saison. En termes de volume antenne, c’est comme un clasico. Niveau audiences, on est sur des bases élevées en championnat, avec un vrai effet Neymar. On peut penser qu’un match très attendu comme PSG-Bayern représente la possibilité de faire le meilleur score de notre histoire pour un match de poule. Si ça arrive, on ne s’en privera pas, mais ce qui importe avant tout est de monter un dispositif à la hauteur de l’événement.

On aura un avant-match assez costaud, avec un sujet sur Carlo Ancelotti, parce que c’est son retour au Parc, et comme c’est le premier gros match de C1 de Neymar avec le PSG, on reviendra sur les moments forts de sa carrière dans l’épreuve. On fera aussi un focus sur les PSG-Bayern de l’histoire. Il s’est toujours passé des choses extraordinaires dans ces confrontations ! Est-ce qu’on a essayé d’avoir Weah ? Non, mais on aura pour la première fois Youri Djorkaeff. Il est parfait pour la Ligue des champions, avec son grand palmarès et le fait qu’il ait joué aussi bien à Monaco qu’à Paris ».

Anwar, supporter membre du Collectif Ultras Paris

« Après ce mercato exceptionnel, c’est sûr qu’on attend particulièrement les matchs de Ligue des champions. Pour l’atmosphère, c’était le Celtic là-bas mais pour l’intérêt sportif le Bayern c’est le top. C’est le premier gros test, notamment pour nos recrues en attaque. Neymar, Mbappé, avec Cavani, on ne les a vus qu’en Ligue 1, le niveau n’était pas suffisamment élevé pour estimer leur entente. Ce sont des joueurs qui font leur preuve dans les gros matchs, on va voir. En tout cas, moi j’ai confiance. Ce sera aussi le premier test de la saison dans les tribunes. On veut une grosse ambiance au Parc, et d’ailleurs on a prévu une animation digne de ce nom et de la Ligue des champions ».

Pierre Rondeau, économiste du sport et professeur à la Sports Management School

« Ce match, c’est un symbole. C’est la première fois que le PSG va présenter son équipe-type pour remporter un match vu à travers le monde. Le club n’est pas taillé pour le championnat, il l’est pour la Ligue des champions. C’est le match qui doit valider cette stratégie, et qui va avoir des répercussions importantes niveau image. C’est la mondialisation de la notoriété du PSG qui se joue. Battre le Bayern, c’est un message pour dire « on n’a pas fait qu’empiler des joueurs, on est une vraie équipe et on peut gagner la Ligue des champions », c’est l’espoir de vendre plus de maillots, de goodies, de trouver des supporters en Asie ou en Afrique, de revaloriser des contrats avec ses partenaires.

Il ne faut pas oublier également qu’une victoire en Ligue des champions, c’est 1,5 million d’euros. Et que les revenus versés par l’UEFA se font en fonction des résultats. Toutes les rentrées d’argent vont être importantes cette saison pour le PSG, pour rester dans les clous du fair-play financier et valider le transfert de Mbappé l’été prochain, ce qui est indispensable pour sa stratégie. Ce match, c’est clairement le lancement de la politique internationale du PSG ».

Fabien Onteniente, réalisateur de cinéma (et fan du PSG depuis la première heure)

« Personnellement, j’ai encore des doutes sur Emery. Je ne sais pas si c’est un stratège ou s’il navigue à vue. Je me demande si ce ne sont pas les joueurs qui font la loi… C’est sur ce genre de match qu’on va voir qui il est. Et qu’on va voir également si le trio d’attaque peut jouer ensemble pour le bénéfice de tout le monde. Est-ce que Paris sera le blockbuster attendu ? Dans le cinéma, vous pouvez réaliser un blockbuster mais c’est le public qui choisira s’il va marcher ou non. Vous pouvez avoir fait la plus belle bande-annonce possible, mis des tonnes d’affiches, avoir les plus grands noms, il faut qu’il y ait le désir du public. Là, ce désir, il y est. On a tous envie de les voir réussir, mais il faut qu’ils l’aient eux aussi. C’est ce qu’on va découvrir.

On va voir s’ils sont armés pour faire partie des grands clubs. Les grandes équipes sont toujours là quand on les attend, et ce match contre le Bayern est le premier à ne pas rater pour ce PSG. C’est l’avant-première. On a déroulé le tapis rouge, tout est prévu, maintenant il faut monter les marches et que la projection soit réussie. C’est un rendez-vous comme on en a peu dans la saison, je ne raterai pas ça ».