Le vice-premier ministre russe Vitali Moutko ne pourra plus siéger à la Fifa

FOOTBALL Il a été déclaré «non éligible» en raison d’un risque de conflit d’intérêts…

B.De. avec AFP

— 

Vitali Moutko, vice-premier ministre et homme fort du sport russe
Vitali Moutko, vice-premier ministre et homme fort du sport russe — Ivan Sekretarev/AP/SIPA

Après le CIO, c’est au tour de la Fifa de le déclarer persona non grata. L’homme fort du sport russe, le vice-premier ministre Vitali Moutko ne pourra plus siéger à la Fifa. Membre depuis 2009 du Conseil de la Fifa, qui définit les grandes orientations et la stratégie du football mondial, il était candidat à un nouveau mandat, après avoir été déclaré « non éligible » en raison « des risques d’interférence et de conflit d’intérêts » possible, notamment à cause de son poste de vice-premier ministre, a indiqué une source proche de l’instance.

>> A lire aussi : Les rapports sexuels faussent les contrôles anti-dopage, assure le vice-Premier ministre russe

Le rapport McLaren sur le dopage d’Etat en Russie, dans lequel Moutko est cité, « n’est absolument pas entré en ligne de compte dans la décision », a ajouté la même source. Une décision qui n’affecte pas le poste de président du comité d’organisation du Mondial 2018 occupé par Moutko, car ne relevant pas de la juridiction de la Fifa.

Ancien ministre des Sports et actuel président de la Fédération russe de football, Moutko a indiqué qu’il « n’est pas question de faire appel » de cette décision, en confirmant ainsi à l’agence de presse officielle russe TASS que sa candidature avait été rejetée par la Fifa. Il a par ailleurs affirmé que cela n’affecterait pas la tenue du Mondial-2018 en Russie.