VIDEO. Scandale à la FIFA: Mais au fait, elle ressemble à quoi la nouvelle vie de Michel Platini?

FOOTBALL Le Français, qui continue à suivre le foot depuis la Suisse, entend toujours laver son honneur devant la justice…

Julien Laloye

— 

Michel Platini lors d'une partie de golf à l'Ile Maurice, en 2006.
Michel Platini lors d'une partie de golf à l'Ile Maurice, en 2006. — CONCHIANO/SIPA

Du haut de son duplex de Génolier,en surplomb du lac Léman, Zurich semble tout proche à vol d’oiseau. 250 kilomètres pour rallier le siège de la Fifa, où le conseil de l’institution si décriée se prononcera sur l’opportunité d’élargir la Coupe du monde à 48 équipes, jeudi et vendredi. Dans un monde parallèle qu’il a dû souvent imaginer, Michel Platini devrait se trouver là, à la place de Gianni Infantino, pour présider les débats. Mais l’ancien boss de l’UEFA n’en sera pas. Peut-être n’y pensera-t-il pas du tout s’il est occupé à travailler son drive sur un golf de région, sa grande passion sportive, depuis qu’un genou en compote l’empêche de s’exercer aux coup francs, comme à la belle époque. 

« Son niveau ? Il est comme moi, c’est un joueur qui joue gentiment au golf pour se faire plaisir », sourit Pierre Villepreux. L’ancien entraîneur du XV de France a croisé l’ancien numéro 10 des Bleus la semaine dernière sur le parcours des Baux-de-Provence,pour un tournoi entre rugbymen et footeux à la bonne franquette. « On s’est entrevu avec Michel, je n’ai pas trouvé de changement notable dans la façon d’être de faire de vivre. Il a vécu cette compétition en retrouvant pas mal d’amis avec plaisir, sans trop se soucier des problèmes qu’il a pu vivre ». C’est une constante chez les proches à qui nous avons pu parler. Diffuser le message que Michel Platini n’est pas abattu et qu’il n’a pas abandonné le combat judiciaire, loin de là. « En droit, on sait qu’on a raison, et on ira jusqu’à la Cour Européenne des droits de l’homme pour le prouver », lance Thomas Clay, un des conseils qui a plaidé sa défense devant le Tribunal arbitral du sport au printemps dernier (TAS).

Appelé en renfort par le cabiner Clifford Chance pour muscler les chances de Platini à la fin 2015, le juriste se souvient de cette dernière discussion, la veille de la décision du TAS, début mai. « Nous étions confiants tous les deux, l’avocat du camp d’en face que je connais bien m’avait soufflé en sortant de l’audience "vous allez gagner". On ne pouvait pas imaginer la suite ». Une suspension de quatre ans vécue comme une humiliation par Platini, empêché de fait d’assister à « son » Euro, celui qu’il avait voulu pour la France depuis si longtemps, après avoir déjà participé à l’organisation de la Coupe du monde 98.

>> A lire aussi : Fifa: Pourquoi le TAS a jugé que l'histoire du «contrat oral» de Platini n'était pas crédible

Il a pourtant regardé presque tous les matchs de chez lui, où il continue de suivre l’actualité du foot de très près. « Pas plus tard que lundi,on s’est appelé pendant Pays-Bas-France pour parler du match des Bleus, qu’il a trouvé excellent, nous confie Jacques Vendroux, l’historique directeur des sports du groupe Radio France, ami de longue date. Michel Platini n’est pas dégoûté de ce milieu ». « Il adore parler du jeu », confirme Thomas Clay, qui se souvient de discussions endiablées sur l’affaire Benzema où sur le France-Allemagne de 82. « Michel, j’avais mon poster dans la chambre quand j’étais jeune, c’est lui qui m’a initié au football, alors avoir la chance de parler de tout ça avec lui et de plaider en sentant ma présence à ses côtés, c’était quelque chose ».

Avec les intimes, les discussions tournent plus rarement autour du ballon et elles se finissent souvent par une partie de coinche ou de Trivial pursuit. Cet été, dans la villa de Cassis, l’hiver prochain au soleil, à l’Ile Maurice ou en Martinique, avec, entre autres, le président de Montpellier Louis Nicollin et l’ancien footballeur Jean-François Domergue, les compagnons de toujours. Les dimanches en famille à Saint-Cloud, dans sa maison parisienne, sont moins nombreux qu’en début d’année, quand les réunions de travail se succédaient avec son équipe d’avocats et de communicants. En revanche, il arrive à l’ex-homme fort de l’UEFA de prendre sa voiture pour rouler jusqu’à Joeuf, en Meurthe-et-Moselle, où est enterrée sa mère et où réside son père Aldo, désormais en maison de retraite.

Si on a tout bien compris, Michel Platini vit quelque part dans ce grand ensemble, en Suisse.
Si on a tout bien compris, Michel Platini vit quelque part dans ce grand ensemble, en Suisse. - k-architectes.fr

C’est entouré de ses proches qu’on retrouve le Platini chambreur et bon client d’avant les ennuis. « Michel est un blagueur, un gars très positif, reprend Jacques Vendroux, qui a des plaisirs simples, presque infantiles. Il voit ça comme un accident de parcours, et moi je le vois comme un ami qui a eu une embrouille comme on peut tous en avoir. Quand on est ensemble, on ne parle jamais de ça ». Quand ils sont plus seuls, en Suisse, les Platini (Michel et Christelle) aiment partir en randonnée dans la région avec le couple Lemoult, dont le nom dira quelque chose aux supporters du PSG et de Montpellier. Les journalistes, très sollicités quand la tempête a éclaté, sont désormais tenus à l’écart. Un silence temporaire, selon le fondateur du Variété Club de France. « Michel reprendra la parole quand la justice aura avancé. Il ne lâchera jamais, jusqu’à ce que son honneur soit lavé. Il n’envisage pas de reprendre des fonctions dans le foot dans l’immédiat, mais il ne s’interdit rien ». Après tout, il n’aura que 68 ans en 2024, quand il pourra de nouveau se présenter à l’élection de la Fifa.