Griezmann est un phénomène? Ribéry vous demande de vous arrêter

FOOTBALL Pour plaire à Franck, il en faut plus...

R.B. avec AFP

— 

Antoine Griezmann au duel avec Franck Ribéry lors du match entre le Bayern et l'Atlético le 3 mai 2016.
Antoine Griezmann au duel avec Franck Ribéry lors du match entre le Bayern et l'Atlético le 3 mai 2016. — James Marsh/BPI/Shutter/SIPA

L'attaquant du Bayern Munich Frank Ribéry estime que la star montante du foot français Antoine Griezmann n'est pas encore un joueur «de classe mondiale» car il n'a pas encore pu «répéter la performance avec constance», contrairement à lui-même.

«Il était bien la saison dernière. Mais la classe mondiale c'est de répéter la performance avec constance», juge l'ancien international français dans un entretien au magazine Sport Bild publié mercredi.

«La qualité, c'est de montrer de telles performances pendant dix, douze ou quinze ans. Dans ce cas-là, je félicite aussi. Oui, j'ai été blessé pendant neuf mois l'année dernière, mais ces dix dernières années j'ai presque toujours été au top», affirme Ribéry.

Griezmann (38 sélections, 14 buts) a été le meilleur joueur et meilleur buteur de l'Euro 2016 avec 6 réalisations, tournoi achevé par l'équipe de France sur une défaite en finale face au Portugal (1-0 a.p.).

L'attaquant de l'Atletico Madrid (25 ans) a endossé chez les Bleus le rôle de leader d'attaque et le N.7 qui avaient auparavant été dévolus à Ribéry (81 sélections, 16 buts) jusqu'à sa blessure qui l'a privé du Mondial-2014.

Dans son entretien, Ribéry (33 ans) est également revenu sur son début de saison en Bundesliga marqué par une série d'incidents sur le terrain. Fin septembre, il a notamment pris un carton jaune pour avoir pincé la joue d'un joueur adverse. Tout en le défendant, son club a appelé le Français à la retenue.

Le joueur admet devoir «mieux contrôler» ses émotions. «Je sais que je dois faire attention mais je veux m'expliquer (...) parfois je perds peut-être brièvement le contrôle mais seulement quand des adversaires veulent me blesser exprès», se justifie-t-il dans Sport Bild.

«Je ne peux pas accepter d'être forfait à cause d'une faute (...) cette saison, je subis des coups, des fautes, je suis attaqué comme jamais», ajoute-t-il.