PSG: Les ultras de retour au Parc des Princes? Voilà pourquoi il faut y croire

FOOTBALL Les groupes de supporters ont été chassés du Parc en 2010...

Romain Baheux

— 

Les supporters du PSG lors du match contre Arsenal le 13 septembre 2016.
Les supporters du PSG lors du match contre Arsenal le 13 septembre 2016. — FRANCK FIFE / AFP

Vous ne les verrez pas dans les tribunes du Parc des Princes contre Dijon mardi (21h). A priori, leurs chants ne pousseront pas le PSG de sitôt. Mais pour la première fois depuis leur exclusion des tribunes parisiennes en 2010, il n’est plus farfelu d’imaginer un retour des ultras. Entre la réouverture d’un dialogue avec les dirigeants, une victoire judiciaire et un soutien des joueurs, les bannis y croient en tout cas de plus en plus.

  • Parce que les dirigeants leur tendent la main

On ne leur déroule pas encore le tapis rouge de l’entrée VIP, mais les ultras ont reçu une invitation en bonne et due forme de la direction du club. Le Collectif Ultra Paris (CUP), qui rassemble plusieurs groupes de supporters, et l’Association de défense et d’assistance juridique des intérêts de supporters (Adajis), pourront exposer leurs arguments lors d’un entretien prévu dans les quinze prochains jours.

« On va avoir ce qu’on veut depuis le début : une discussion. On ne vient pas pour poser des conditions au club, et on n’est pas en mesure de le faire de toute façon, explique Romain, président du CUP. Ce qu’on veut, c’est revenir au stade le plus vite possible et faire partie de la vie quotidienne du club. »

Si on ne verra pas Nasser Al-Khelaïfi haranguer la foule torse nu et écharpe autour du cou, on sent quand même le boss du PSG plus enclin à intégrer les ultras dans ses plans. En juillet, il est allé toquer à la porte du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve pour évoquer le sujet. Un mois plus tôt, il vantait dans les colonnes du Parisien l’intérêt d’avoir un public plus chaud. « On a un stade fantastique, l’un des plus beaux du monde. Si l’ambiance est chaude, je vous garantis qu’on gagnera tous nos matchs à domicile. »

Parce que la justice les aide

Pour le PSG, c’est une goutte d’eau budgétaire. Pour les ultras, c’est une grande victoire. Mardi 6 septembre, le tribunal d’instance du 16e arrondissement de Paris condamne le club à verser 30.000 euros à quinze de ses supporters. Ces derniers avaient subi une annulation de leur billet lors de déplacements à Leverkusen et à Monaco en février 2014, un grand classique de l’arsenal répressif du PSG.

« On espère que ça puisse jouer en notre faveur auprès de la direction du club », glisse le président du CUP. En plus de ce succès devant les tribunaux, les ultras parisiens font tout pour éviter de se retrouver dans la rubrique faits divers. Frappés par une annulation de leurs billets à Caen vendredi, deux cents fans du PSG ont été quand même autorisés à entrer dans l’enceinte normande. « Ils se sont comportés comme des anges », ont glissé les forces de l’ordre à La Manche Libre.

« Ils voient que s’ils nous font confiance, il n’y a aucun problème, poursuit Romain. Ça a été le cas à Monaco et à Caen et ça s’est très bien passé. On sent une évolution dans l’attitude des policiers à notre égard et c’est appréciable. »

Parce qu’ils manquent aux joueurs

« Ici, le public chante, ce qui est différent du Parc. » Le manque d’ambiance à Paris, c’est ce qu’a directement pointé Benjamin Stambouli, parti de la capitale pour rejoindre Schalke 04 cet été. Ce week-end, c’est un joueur encore présent dans l’effectif, Blaise Matuidi, qui a lancé un appel aux ultras dans une vidéo diffusée sur YouTube.

« J’espère que vous allez revenir au Parc, car c’est vrai que sans vous c’est difficile au Parc. On a besoin de vous, on sera avec vous », s’exclame le milieu international. « Je crois que la chaleur des supporters est importante, souligne Unai Emery. Tous les supporters qui aiment le PSG devraient être avec nous. » Ça tombe bien, ça sera à peu près leur discours devant les huiles du club.