Mercato: Mais c’est quoi le problème avec le recrutement du PSG ?

FOOTBALL Les Parisiens n’ont encore recruté personne…

A.M.

— 

Nasser Al-Khelaïfi avec ses joueurs, le 23 mai 2015, au Parc des Princes.
Nasser Al-Khelaïfi avec ses joueurs, le 23 mai 2015, au Parc des Princes. — FRANCK FIFE / AFP

Vous actualisez fébrilement la rubrique mercato des sites spécialisés, et rien. Vous feuilletez avec angoisse L’Equipe et France Football, mais rien non plus. Le supporter du PSG est sevré d’infos transferts depuis le début du marché des transferts. Contraste saisissant avec l’année dernière, où l’arrivée de David Luiz avait été officialisée dès les premières heures de l’ouverture du marché.

Le fair-play financier fait toujours très mal

C’est évidemment le gros point bloquant : l’UEFA interdit toujours au PSG de dépenser sans compter. Les conditions pour le marché actuel sont plutôt simples, si on résume : Nasser Al-Khalaïfi peut faire chauffer la carte à hauteur de 60 millions d’euros, moins le transfert définitif de Serge Aurier. Paris a donc 48 millions devant lui, qu’il peut dépenser comme bon lui semble, dans la limite de l’encadrement de la masse salariale. Pour gratter un peu plus, il faut se délester de quelques gros salaires et espérer vendre à bon prix. D’où les rumeurs autour de départs potentiels de Cavani ou Thiago Motta. Si un tribunal bruxellois a ordonné la levée de la deuxième phase du fair-play financier, l’appel de l’UEFA, suspensif, ne change rien dans l’immédiat. Seul espoir à court terme : un allègement des sanctions, hypothétique, qui pourrait être prononcé lors du prochain comité exécutif de l’UEFA, les 29 et 30 juin prochain.

En vrai, les gros ne bougent pas encore

En attendant une possible attaque parisienne contre le FPF, que se passe-t-il dans le reste de l’Europe ? Oui, Mandzukic a signé à la Juventus de Turin. Certes, Firmino va rejoindre Liverpool. So what ? Aucun mastodonte européen n’a encore vraiment bougé cet été. Ni le Real Madrid, ni le Bayern Munich, ni le FC Barcelone, ni Manchester United… En clair, ceux qui jouent financièrement dans la même catégorie que le PSG. En clair, Paris n’est encore passé à côté de personne, et même de Paul Pogba, en tout cas sur le papier. Enfin, l’appel d’air que provoquerait le départ d’un gros joueur dans l’un des quatre ou cinq grands clubs européens pourrait éventuellement profiter au club de la capitale.

Paris fait-il vraiment envie ?

Dans ce domaine, la côte parisienne est beaucoup plus impalpable. Le PSG fait-il vraiment envie ? Son seul gros atout – sa capacité à offrir des salaires démentiels – est très sérieusement limité par le FPF. Et quand on est un top-joueur, à rémunération égale, on se pose forcément la question de savoir où on va jouer toutes les semaines. A Angers ? A Newcastle ? A l’Atletico Madrid ?

L’image que Paris renvoie à l’étranger n’est pas souvent égratignée par les joueurs eux-mêmes, qui se bornent inlassablement à louer « le projet » et « les ambitions ». C’est le sens des réponses d’Edinson Cavani, dans une interview accordée à Marca mercredi. Mais dans ce domaine, les questions en disent beaucoup plus que les réponses. « Ton départ sera difficile. Vous avez coûté 64 millions d’euros au PSG et vous avez encore trois années de contrat. mais que ressentez-vous quand vous regardez la Liga ou la Premier League à la télé ? »