Cheveux des footballeurs: Les coupes permettent de «marquer les différences» entre les joueurs

FOOTBALL Qu'est-ce que veulent dire les joueurs avec ces coupes improbables?...

B.V.

— 

Paul Pogba lors du match entre la Juventus Turin et Sassuolo le 9 mars 2015.
Paul Pogba lors du match entre la Juventus Turin et Sassuolo le 9 mars 2015. — Massimo Pinca/AP/SIPA

« Il y en a qui se préoccupent plus de leur coupe de cheveux que de leur matériel. » Enervé par le mauvais début de match face à la Belgique dimanche, Didier Deschamps s’est emporté dans le vestiaire des Bleus à la mi-temps du match amical. Une saillie qui attaque les joueurs sur ce qu’ils ont de plus précieux, leurs cheveux. Effets de mode parfois drôles, souvent bien senti et quelques fois risible, la coupe est devenu la marque de fabrique d’un joueur. On a demandé à Christian Bromberger, professeur d’ethnologie à l’Université de Provence et auteur d’un article sur les langages de la pilosité, ce que cette originalité capillaire pouvait signifier.

#from = embediframe

Qu’est ce qu’une coupe de cheveux peut dire sur une personne ?

Les cheveux c’est la seule partie du corps que l’on peut modifier sans risque, si vous vous coupez un doigt il ne repousse pas. On peut rythmer sa vie avec différents types de coiffure sans trop de problème, qu’il s’agisse de la coupe, de la couleur, c’est un moyen d’exprimer la personnalité à son image de façonner son individualité voire de mentir. D’ailleurs, souvent, on n’est pas très content en sortant de chez le coiffeur car notre nouvelle coupe ne correspond pas à l’image que l’on a de soi. C’est quelque chose sur quoi on a prise.

Pourquoi parle-t-on toujours plus de celles des footballeurs ?

Ce qui m’a frappé c’était à quel point on avait une succession de modes chez les footballeurs qui devenaient eux-mêmes prescripteurs de modes. C’est un peu comme des stars de cinéma. Dans les années 60, on était sur une coupe tout à fait classique avec les cheveux bien dégagés sur les oreilles. Après on a vu l’Allemagne et la Hollande en 74 avec les cheveux longs à la mode. Beckenbauer qui n’était pourtant pas le rebelle par excellence, avait par exemple les cheveux longs. Et puis après il y a eu la coupe mulet, qu’on appelait coupe du footballeur, ras sur le dessus de la tête avec des cheveux conservés à l’arrière. Ensuite viennent des mouvements étonnant à partir des années 80 90 de joueurs africains ou asiatiques peroxydés, qui permettaient une destruction des codes traditionnels ou la blondeur est féminine et le brun masculin.

(La fameuse coupe mulet de Chris Waddle)

Et maintenant les crêtes…

Ce qui a beaucoup frappé c’est la coupe undercut, qui est vraiment la coupe d’une génération, et ces jeunes qui se font une crête plus ou moins large. D’ailleurs, ce qui est frappant c’est que cette uniformité dans la crête se combine avec de l’individualisation. Celle de Giroud est différente de celle de Neymar ou de Pogba. Chacun veut marquer ses différences.

La coupe de cheveux est un signe que le football est devenu plus individualiste qu’avant ?

Sans aucun doute. Un jour quelqu’un avait demandé à Balotelli « pourquoi vous vous coiffez comme ça ? », il avait répondu « pour me faire remarquer ». Il y a cette volonté d’être reconnu par des traits visibles et pas forcément uniquement par des phénomènes de mode. Mais déjà, depuis longtemps on voit le nom des joueurs sur le dos des maillots, ce qui n’était pas le cas avant. D’autre part, il y a évidemment un phénomène de marketing. Souvent les joueurs épousent des mannequins et le couple devient prescripteur de tendances avec quelque chose de très centré sur la visibilité individuelle.

Il y a une sorte de paradoxe dans ces coupes très originales qui semblent se moquer de ce que pensent les gens alors qu’elles n’ont pas objectif que justement d’attirer le regard des gens….

Il y a ça oui. Un joueur noir qui fait une crête blonde, c’est une rupture avec les codes conventionnels et en même temps c’est une manière de tirer l’attention sur soi. On cherche à dire qu’on est d’une génération qui aura été marquée par ce type de coiffure et on a cherché à dire qu’on est différent, qu’on a sa propre personnalité et qu’on veut la signaler.

Quand Didier Deschamps reproche à ses joueurs de plus s’occuper de leurs cheveux que de leurs crampons, c’est anachronique ?

Peut-être mais j’avais lu des choses sur la manière dont les joueurs apprêtaient leur coiffure dans les vestiaires avant les matchs et peut-être que ce serait un meilleur moment pour développer l’esprit collectif que l’image de soi. Si ça se combine avec un seul du collectif appuyé pourquoi pas, chacun peut montrer sa différence, mais si en définitive les footballeurs deviennent des mannequins plutôt que des joueurs centrés sur la nécessité de la victoire collective il y a en effet de quoi s’inquiéter.